Arirang, le premier smartphone nord-coréen fait débat

La Corée du Nord a enfin dévoilé son premier smartphone baptisé Arirang. L’information qui a été confirmée par la Korean Central News Agency (KCNA), l’agence de presse officielle de la Corée du Nord, soulève les critiques quant à son lieu de fabrication, que par son utilité en Corée, qui serait exclusivement dédié à espionner la population. En Corée du Nord, technologie ne rime pas forcement avec liberté.

La Corée du Nord semble sortir de l’image enfermée d’une dictature sans faille technologique. Plus de 95% de la population ne possède ni portable, ni internet. Tournant le dos à la Communauté internationale. La Corée du Nord, l’un des pays les plus isolés et et les secrets au monde, a révélé la fabrication d’un téléphone multifonctions conçu par ses soins. « Arirang », du nom d’une célèbre chanson populaire coréenne. Volonté du régime nord-coréen de donner une image de modernité, ou espionnage sous couvert d’avancement technologique, les rumeurs circulent.

« Arirang », de la chanson à l’espionnage

La nouvelle a été révélé par l’agence Korean Central News Agency, qui a suivi le leader du pays Kim Jung-Un lors d’une visite à l’usine Pyongyang, où serait fabriqué l’Arirang. Un nom bien connu des Nord-coréens, puisqu’il s’agit du nom d’une chanson populaire du pays. La Corée du Nord pourrait disposer dans les mois à venir de son premier smartphone. Reste que cette révélation ne serait pas du coup du hasard. Les portables en Corée du Nord se font très rares. Le téléphone portable dans le pays n’a fait son apparition qu’en 2008, et reste exclusivement dédié à une certaine élite. Seules 2 millions de personnes – sur une population de 24 millions – possèdent un téléphone portable. Avec des utilisations strictement limitées. Les bénéficiaires peuvent s’appeler, mais pas en dehors des frontières. Kim Jong-Un l’a lui-même rappelé lors de sa visite à Pyongyang, qu’un programme spécial sera développé pour le smartphone afin de permettre aux usagers une utilisation optimale du téléphone, mais avec une stricte sécurité. Il permettrait de surveiller de près les conversations des citoyens.

« Arirang » made in China ?

Le Chef suprême de la Corée du Nord, s’est affiché avec des ingénieurs nord-coréens, en plein inspection et empaquetage des smartphones, comme pour signifier l’authenticité made in Corée du Nord. Mais selon les analystes, le téléphone, qui s’appuie sur le système d’exploitation Androïd de Google, serait fabriqué en Chine voisine, alliée de la Corée du Nord. Surtout qu’aucune chaîne de production n’apparaît sur les photos de la visite du leader du pays. Arirang comme Achim, la tablette tactile dévoilée en 2012, serait fabriquée en Chine.

Peu d’informations ont été révélées sur les modalités de fabrication et de fonctionnalité. Le smartphone, qui portera le nom d’Arirang AS1201, tournerait sous Androïd, et serait équipé d’un appareil photo, mais toujours avec des fonctionnalités très réduites.