Angelina Jolie lance un appel à la protection des civils en Côte d’Ivoire et en Libye

L’actrice américaine et Ambassadrice de bonne volonté du Haut commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) Angelina Jolie a exprimé mercredi sa vive préoccupation sur la situation des dizaines de milliers de civils pris actuellement au piège dans deux situations d’urgence qui se dégradent rapidement : la Côte d’Ivoire et la Libye.

« Alors que nous assistons au développement de ces deux crises dans l’ouest et le nord de l’Afrique, il est essentiel que toutes les parties respectent le droit fondamental, pour les personnes en danger, de fuir vers des lieux en sécurité — que ce soit des civils pris dans un conflit survenant dans leur propre pays ou lorsque des réfugiés ou des demandeurs d’asile sont confrontés à de nouveaux conflits », a déclaré Angelina Jolie.

« Tout ce que je demande, c’est que les civils soient protégés, plutôt que d’être pris pour cible voire de devenir des victimes », a-t-elle appelé.

En Côte d’Ivoire, les violents combats survenus ces derniers jours dans le quartier d’Abobo à Abidjan ainsi que les affrontements dans l’ouest du pays ont bloqué l’accès aux organisations humanitaires et ont mené le pays au bord de la guerre civile. Des milliers de personnes sont déplacées à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, et des réfugiés ont afflué en masse vers l’ouest au Libéria de l’autre côté de la frontière. L’est du Libéria doit aujourd’hui faire face à la présence de plus de 70.000 Ivoiriens arrivés depuis les élections présidentielles à la fin novembre.

Le HCR est vivement préoccupé par le sort de milliers de réfugiés, de demandeurs d’asile et de migrants irréguliers pris au piège en Libye et en situation d’extrême danger. Un petit nombre d’entre eux a réussi à quitter la Libye pour fuir en Tunisie ou en Egypte, deux pays où se dirigent la majorité de ces personnes. Mardi, le HCR a fait part de sa profonde inquiétude quant à la situation des Africains sub-sahariens devenus particulièrement vulnérables car soupçonnés d’être des mercenaires étrangers. Dans un contexte de scènes de chaos à la frontière tunisienne, le HCR a également publié un appel conjoint avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour une évacuation humanitaire massive des personnes fuyant la Libye vers la Tunisie.

« Avec ces nouvelles vagues de soulèvement et de conflit, il y a et il y aura d’autres déplacements de population massifs. Il faut que la communauté internationale recherche des solutions. Nous devons assurer que les personnes puissent se déplacer en sécurité, qu’elles soient évacuées si nécessaire, et qu’elles accèdent aux procédures de demande d’asile. Nous ne voudrions pas avoir leur mort sur la conscience », a également déclaré Angelina Jolie.

La célèbre actrice a effectué sa déclaration depuis Kaboul, en Afghanistan, où elle s’est rendue en toute discrétion pour une mission de deux jours et où elle a écouté des réfugiés rapatriés témoigner de leurs problèmes pour survivre et réussir leur réintégration après 10 ans d’exil.

« Alors que l’attention du monde se tourne vers ces nouvelles crises de réfugiés, rappelons-nous que nous devons assurer un soutien à long terme aux rapatriés pour qu’ils démarrent une nouvelle vie — qu’ils puissent loger, nourrir et éduquer leur famille, qu’ils puissent gagner leur vie dans la dignité, et qu’ils s’intègrent correctement au sein de leur société. Sans quoi, nous verrons un cycle constant d’instabilité et l’apparition de nouvelles crises », a ajouté Angelina Jolie.

Le HCR appelle au soutien des donateurs ainsi que d’autres agences humanitaires et de développement afin qu’ils redoublent leurs efforts pour aider à la réintégration des réfugiés rapatriés en Afghanistan.