An 3 de la Révolution : l’Egypte compte ses morts

L’Egypte a célébré le troisième anniversaire de la révolte de 2011 ayant abouti à l’éviction de Hosni Moubarak du pouvoir, dans le sang. Pour cause, au moins vingt-neuf personnes ont été tuées ce samedi dans des manifestations rivales.

L’Egypte a célébré le troisième anniversaire de la révolte de 2011 ayant abouti à l’éviction de Hosni Moubarak du pouvoir, dans le sang. Pour cause, au moins vingt-neuf personnes ont été tuées ce samedi dans des manifestations rivales.

Ce samedi, des milliers de personnes étaient massées sur la place Tahrir du Caire pour apporter leur soutien aux nouvelles autorités, alors que des opposants, libéraux et islamistes, ont conspué, côte à côte de façon inédite, les militaires. En dépit du fait que les commissariats et bâtiments gouvernementaux ont été bunkerisés et les grands axes barrés par les chars et blindés de l’armée, samedi, un sixième attentat a également visé la police. Après les quatre attentats de vendredi contre la police au Caire qui avaient fait six morts, au moment où 15 personnes avaient été tuées dans des cortèges pro-Morsi, ce samedi, une voiture piégée a explosé près d’une base de la police à Suez (nord-est), faisant neuf blessés et une bombe a été lancée sur un centre de la police au Caire faisant un blessé. Des centaines de manifestants pro-Morsi et des mouvements de la jeunesse ont tenté de défiler dans le centre-ville. Sauf que la police les a dispersés à coups de grenades lacrymogènes et de tirs de fusils à pompe, a rapporté une journaliste de l’AFP.

Les attaques contre les forces de l’ordre se sont multipliées depuis l’éviction le 3 juillet de l’islamiste Mohamed Morsi, et la sanglante répression de ses partisans.