Algérie : vers la signature d’accords bilatéraux avec la France

Ce lundi , une réunion consacrée à la coopération économique entre la France et l’Algérie a lieu à Paris. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et celui de l’Industrie, Abdesselem Bouchouareb, doivent être reçus par le Président français François Hollande.

La France et l’Algérie souhaitent relancer leur coopération économique. Pour ce faire, une réunion est organisée, ce lundi 26 octobre 2015, à Paris entre le Président français François Hollande et des ministres algériens, notamment celui des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et celui dee l’Industrie, Abdesselem Bouchouareb.

Pas moins de neuf accords bilatéraux seront signés à l’issue de cette réunion; dans les domaines des transports, de l’agriculture, de la propriété intellectuelle et sur la mobilité des jeunes diplômés. Les membres des deux délégations vont examiner des dossiers relatifs au développement du numérique et les possibilités de coopération, à la sous-traitance et au secteur de l’agroalimentaire.

Relancer les projets gelés

Depuis la baisse des prix du baril de pétrole, l’Algérie peine à poursuivre ses projets en cours. C’est le cas du projet d’extension du métro vers l’ouest d’Alger qui implique des entreprises françaises. Au Quai d’Orsay, le projet d’usine Peugeot va être remis au goût du jour. Ce projet devait permettre de produire 100 000 véhicules par an et de développer la sous-traitance.

La compagnie aérienne Aigle Azur devrait également être au menu de cette réunion. Plus de 28 millions d’euros de recettes de la compagnie sont bloqués par la Banque d’Algérie. Cette somme représente la moitié de la trésorerie de l’entreprise, qui emploie 1 200 personnes en France. La compagnie détient 45% du marché des vols entre la France et l’Algérie.

Cette réunion intervient une semaine après que le ministre algérien de la Communication, Hamid Grine, ait été fouillé à Orly, alors qu’il possédait un passeport diplomatique. Paris avait alors déclaré qu’il s’agissait « d’un incident regrettable ».