Algérie : que craint le général Toufik ?

Le général Toufik, ancien patron du puissant DRS (services secrets algériens), a demandé et obtenu le renforcement de son service de protection.

C’est en réalité après la mort suspecte du gendre du commandant Azzedine, qui était un de ses proches, que le général Toufik, l’ancien patron du puissant DRS (services secrets algériens), a demandé que soit renforcé son service de protection. Requête qui a eu l’accord total des autorités algériennes.

Selon les sites algériens, la surveillance rapprochée du général Toufik est le moyen aussi pour le pouvoir algérien de surveiller de plus près les visiteurs du soir de la villa que le célèbre général occupe à Moritti au delà du club des Pins. Le général Toufik qui séjournait dans une autre villa à Hydra, un quartier résidentiel d’Alger, a préféré réintégrer son autre maison, au cœur du quartier le plus sécurisé de la ville.

De son vrai nom Mohamed Lamine Mediène, Toufik que d’autres surnomment le « J. Edgar Hoover algérien », est né vers 1940 à la Casbah d’Alger. Originaire de Béjaia, il est un général de l’armée algérienne et ancien patron du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) de 1990 à 2015. Toufik est le haut-gradé algérien qui est resté le plus longtemps à son poste et ayant exercé sa fonction sous cinq Présidents.

Il est le dernier des « janviéristes » qui ont décidé, le 11 janvier 1992, l’interruption du processus électoral favorable aux islamistes du Front islamique du salut (FIS) et un des tenants de la faction dure de la classe dirigeante politico-militaire, le « clan des éradicateurs » partisan de l’élimination par la force de tous les terroristes de la branche armée du FIS et opposé à tout dialogue avec eux.

Réputé très influent, considéré par certains observateurs comme le véritable chef du régime algérien, il est officiellement démis de ses fonctions par la présidence de la République, le 13 septembre, 2015 et remplacé par le général Athmane Tartag.