Algérie : Nasser Sandjak, l’entraîneur du JS Kabylie limogé

Défaite sur la pelouse du Mouloudia d’Alger (3-1) samedi dernier, lors de la 25e journée du championnat algérien, la JS Kabylie s’est séparée de son entraîneur Nasser Sandjak. Il a été limogé dimanche soir pour insuffisance de résultats, révèle le site officiel du club.

L’équipe de la jeunesse sportive de Kabylie vient de mettre fin aux services de Nasser Sandjak qui a été limogé pour insuffisance de résultats. Le match nul concédé face au CS Constantine (1-1) dans l’antre du 1er novembre de Tizi Ouzou, lors de la précédente journée du championnat, n’a pas été du gout du staff dirigeant. Et le divorce entre les deux parties était prévisible depuis ce jour. Voilà que s’ajoute une autre contre-performance face Mouloudia d’Alger (3-1) samedi dernier lors de la 25e journée qui précipite le désaveu.

Loin d’être en odeur de sainteté avec les responsables du club phare du Djurdjura, l’ancien sélectionneur national semble être en mal d’arguments pour justifier cette défaite qui a mis à nus les capacités du 11 kabyle de pouvoir rivaliser avec les grandes formations qui animent le championnat algérien. L’entraîneur local a été engagé, le mois de décembre, pour redresser une situation catastrophique où la dream team kabyle collectionnait des défaites aussi bien à domicile qu’à l’extérieur de ses bases.

La direction prochaine victime

Cette 25e journée a complètement chamboulé la sérénité qui régnait au club Kabyle. Ce n’est pas parce que la JSK a perdu (3-1) qu’il faut se lamenter mais pour la simple raison que le Mouloudia club d’Alger l’a doublement vaincue et est parvenu à mettre fin à la série de 7 matchs sans défaite des Canaris. Ce n’est pas tout, les Kabyles qui étaient 7e au classement viennent de perdre une place, après le succès de la JS Saoura face au WAT (2-0) lors de cette 25e levée. Un climat qui risque de rapprocher l’équipe vers la zone dangereuse.

Dans pareil contexte, les fans de l’équipe qui réclamaient, il y a quelques mois déjà, le départ de la direction attendent le 20 avril, date anniversaire du printemps berbère pour retrouver la rue, seule tribune d’expression à leur mécontentement. Les supporters de la JSK ont commencé à lancer, à travers les réseaux sociaux (Facebook) des appels à tous les amoureux du club à une marche à travers les rues de Tizi Ouzou pour demander le départ de la direction actuelle.

Arezki Amrouche, le favori

Le match de la 26e journée du championnat face à l’USMBA qui coïncide avec ce 33eme anniversaire du printemps berbère, sera l’occasion idoine pour les milliers de fidèles de l’équipe kabyle de pousser le bouchon. Arezki Amrouche, un enfant du club, qui semble bien parti pour succéder à Nasser Sandjak aura beaucoup de fil à retordre pour redresser la barre à quelques encablures seulement de la fin de saison qui risque d’être chaotique pour l’équipe qui consomme son énième entraîneur.