Algérie : les chrétiens mis à l’amende

Le tribunal de Tiaret a condamné quatre Algériens convertis au christianisme à des peines de prison avec sursis et des amendes pour « pratique d’un culte non musulman sans autorisation ». Le président de l’église protestante d’Algérie a fait part de sa « tristesse » à l’annonce du verdict. Un verdict qui pourrait bien être suivi d’autres condamnations de convertis chrétiens.

Le tribunal de Tiaret a tranché. La cour de cette ville située à 200km au Sud-Ouest d’Alger a déclaré coupables mardi quatre hommes accusés de « pratique d’un culte non musulman sans autorisation ». Ils avaient été interpellés le 9 mai pour avoir participé chez l’un d’eux à une messe, ont expliqué les forces de sécurité. Ce qui est interdit d’après une loi controversée de février 2006, selon laquelle seul le ministère des Affaires Religieuses peut agréer les lieux de culte et leur servant.

Les quatre accusés, qui ont reconnu s’être convertis au christianisme, ont nié avoir pris part à une messe. Reste que le tribunal de Tiaret a condamné l’hôte présumé dudit rassemblement à six mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende. Les trois autres écopent de deux mois d’emprisonnement avec sursis et de 1 000 euros d’amende. Deux autres prévenus ont de leur côté été acquittés après qu’ils ont affirmé ne pas s’être convertis et avoir juste assisté à un déjeuner.

Procès en appel en vue

L’avocate des ex-accusés estime que la justice « a mis de l’eau dans son vin », d’après les propos recueillis par RFI. Me Khelloudja Khalfoun compte cependant faire appel de la décision. Elle se justifie en expliquant que le verdict n’était pas juste et cohérent puisque seuls ceux qui ont confessé leur conversion au christianisme ont été condamnés. « Ils étaient jugés pour les mêmes faits, ils devaient être soit tous condamnés, soit tous relaxés », souligne-t-elle.

Un avis que partage le président de l’église protestante d’Algérie. Mustapha Krim a confié à l’Associated Press sa « tristesse » et ses « regrets » quant au jugement du tribunal de Tiaret, qu’il qualifie de « persécution ». Et de déclarer : « Nous demandons aux autorités algériennes de respecter les convictions religieuses des chrétiens en Algérie. On demande en tant que citoyens algériens d’exercer notre culte en toute dignité et en toute liberté ».

Autres procès à venir

Mustapha Krim appelle par ailleurs à l’abrogation de la loi de février 2006. Une loi qui a débouché sur la fermeture de « plus d’une douzaine d’églises au cours des six derniers mois » ainsi que de « plusieurs mosquées », indique le site de la BBC. Une loi qui a aussi conduit à un certain nombre de procès contre d’anciens musulmans accusés de prosélytisme. Au moins trois Algériens convertis sont d’ailleurs en attente d’une décision de justice.

Dans le procès d’Habiba Kouider, interpellée début avril avec une dizaine d’exemplaires de la bible, le tribunal de Tiaret a demandé un « complément d’enquête » avant de rendre son verdict. Le procureur a toutefois requis trois ans de prison ferme contre la coupable présumée de pratique illégale d’un culte non musulman. Deux Algériens accusés de prosélytisme, jugés par le tribunal correctionnel de Tissemsilt, devraient quant à eux être fixés sur leur sort le 18 juin.

Lire aussi :

Algérie : la loi sur le prosélytisme inquiète tous les chrétiens

Algérie : la foi est-elle soumise à autorisation ?

Loi contre le prosélytisme : l’église d’Algérie dans l’attente