Algérie : le putsch ?


Lecture 2 min.
Manifestation en Algérie
Manifestation en Algérie

Le Parlement de la République d’Algérie vient de prendre une décision certes conforme à ce que prévoit la Constitution, mais qui va à l’encontre de ce que réclament les Algériens.

L’annonce a été faite à la télévision nationale algérienne, ce mardi 9 avril 2019. Abdelkader Bensalah, président du Sénat, a été nommé président de la République d’Algérie par intérim pour une durée de 90 jours. Cette nomination intervient suite à une réunion initiée par le Parlement algérien et visant à lancer ce processus d’intérim, une semaine après la démission de l’ancien chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika.

« Je vais travailler à concrétiser les intérêts du peuple (…). C’est une grande responsabilité que m’impose la Constitution », a lancé le nouvel homme fort d’Algérie, devant le Parlement. Abdelkader Bensalah, qui incarne le « système » que le peuple veut bouter dehors, devra durant les 90 jours, assister à l’organisation d’une élection présidentielle à laquelle il ne pourra pas être candidat.

Avant, pendant et après sa nomination, des milliers d’étudiants étaient rassemblés devant la Grande Poste, pour protester contre la désignation d’Abdelkader Bensalah, scandant « Bensalah dégage ! Système dégage ! ». Les étudiants justifient leurs actions du fait qu’Abdelkader Bensalah, âgé de 77 ans, soit un pur produit du régime algérien par ailleurs fidèle d’Abdelaziz Bouteflika.

La police algérienne, pour la première fois en sept semaines de protestation, a tiré des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser une manifestation pacifique d’étudiants.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter