Algérie, le Baccalauréat 2019 sous haute surveillance militaire

Image Ghilas Ainouche

En Algérie, les fuites de sujets et la triche ont longtemps entachées les épreuves du baccalauréat. Une situation alarmante qui a fait réagir les responsables du pays et, pour la sessions 2019, le Ministère de la Défense Nationale a mis en place des mesures de surveillance extrêmes. A noter qu’Internet ne fonctionnait quasiment pas hier, dimanche, dans ce pays du Maghreb pour la première journée des épreuves et que la coupure s’est maintenue ce lundi.

Dans le cadre de sa contribution à la sécurisation et au bon déroulement des épreuves du Baccalauréat «session 2019» e Ministère de la Défense Nationale explique dans un communiqué publié hier avoir pris « un ensemble de dispositions logistiques et technico-organisationnelles à l’effet de réunir les conditions favorables à la préparation, au déroulement et au suivi des épreuves du Baccalauréat sur l’ensemble du territoire national » .

En premier lieu, les sujets ont été acheminés par des moyens aériens militaires vers les centres concernés et des réponses des candidats vers les centres de correction prendront le même mode de locomotion. Les services du Ministère de la Défense Nationale s’occuperont d’escorter les sujets et les copies. Des méthodes a priori efficace puisque le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a assuré qu’aucune fuite de sujets n’avait été enregistré sur le territoire national, lors du premier jour des épreuves du Baccalauréat. Par ailleurs précise le communiqué du Ministère, ces mesures rigoureuses prises sur le terrain par le Ministère de la Défense Nationale et les grands potentiels mobilisés, seront maintenus durant toute la période de déroulement et de correction des examens de cette « session 2019 », en souhaitant plein succès aux candidats.

L’année dernière déjà le gouvernement algérien avait suspendu temporairement Internet, fixe et mobile, pendant deux heures le temps des épreuves, dans tout le pays lors des examens nationaux pour lutter contre la triche. Une technique efficace reprise cette année mais qui n’est pas sans conséquence sur la vie quotidienne de millions d’habitants d’Algérie.

En 2013, une mention bien étrange avait fait son apparition lors des résultats du baccalauréat en Algérie. Les autorités algériennes avaient créé la mention « a triché » au Bac à la suite de cas de fraudes durant l’épreuve de philosophie qui avait été finalement annulée.

Image d’illustration de l’article venant du caricaturiste et dessinateur de presse algérien Ghilas Ainouche que nous vous invitons à découvrir