Algérie : la vérité sur Bouteflika, la France et l’octroi de visas aux Algériens

L'ex-Président algérien, Abdelaziz Bouteflika

Le Consulat de France en Algérie, dans un contexte de tension lié à l’exigence par les populations du départ du Président Abdelaziz Bouteflika du pouvoir, aurait pris l’option de suspendre l’octroi de visas Schengen aux Algériens. Qu’en est-il concrètement ?

C’est le journal ObservAlgerie qui, se basant sur des sources se disant bien informées, avait publié l’information faisant état de la décision des autorités françaises de suspendre les procédures visant à octroyer le visa aux Algériens désirant se rendre dans l’espace Schengen. Sauf que le consulat de France, a, toujours selon le journal, démenti, ce mercredi 20 mars 2019, l’information selon laquelle la France aurait arrêté l’octroi de visas aux Algériens.

A lire : Algérie : Bouteflika prolonge son 4e mandat

« En réponse à une information mensongère et farfelue, le Consul général de France à Alger dément formellement les propos qui lui sont prêtés et confirme que les consulats généraux d’Alger, Oran et Annaba n’ont pas suspendu la délivrance des visas aux ressortissants algériens », a écrit, dans un communiqué rendu public, le Consul général de France à Alger et repris par ObservAlgerie.

La source du journal, prenant en compte le contexte de crise politique dans laquelle est plongé ce pays d’Afrique du Nord, avait confié que le Consul de France en Algérie avait décidé de suspendre l’octroi des visas aux Algériens. Depuis le 22 février 2019, en effet, les Algériens sont dans la rue pour, dans un premier temps exiger le retrait de la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, avant d’en arriver à demander le départ pur et simple du dirigeant lorsque ce dernier a décidé de reporter le scrutin présidentiel sine die, prolongeant de fait son 4ème mandat.

A lire : Algérie : la protestation contre le pouvoir ne faiblit pas mais le clan Bouteflika fait le mort

Tension, il y a en effet, en Algérie, mais cela n’a, en aucun cas, comme le précisent les autorités françaises, poussé la France à changer d’option quant à l’octroi de visa aux Algériens.