Algérie : fin des consultations pour une révision de la Constitution

Les consultations en vue d’une modification de la Constitution algérienne ont pris fin ce mardi. Les islamistes n’auront pas été entendus.

Les consultations en vue d’une modification de la Constitution algérienne ont pris fin ce mardi. Les islamistes n’auront pas été entendus. Les principales mesures retenues concernent la séparation des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires ainsi que la limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. C’est la deuxième tentative de changement de la Constitution depuis les printemps arabes.

« Limiter l’usage de la rente »

« S’il y a une mesure à retenir, c’est celle de limiter l’usage de la rente et de figer en quelque sorte une partie de cette rente par voie constitutionnelle pour les générations futures », a déclaré Abdelkrim Boudra le porte-parole de Nabni, le groupe de réflexion Nabni, composé d’experts et d’économistes et force de proposition au cours de ces consultations.

Plusieurs partis comme le MSP, un parti islamiste ne croient pas qu’il y ait une véritable volonté de changment à la tête du pouvoir. « On a considéré que ces concertations ne sont pas sérieuses et que c’est un comportement politique du pouvoir algérien, juste pour occuper la scène politique, sans pour autant donner une véritable chance au changement », a indiqué le président du MSP, Abderrazak Makri, peut-on lire sur RFI.