Algérie : des émeutes éclatent près d’Oran

Des émeutes ont éclaté, hier vers 17 heures, dans la ville de Gdyel, distante d’une vingtaine de kilomètres à l’est d’Oran. Sans crier gare, des centaines de jeunes, la plupart âgés de 16 à 25 ans, sont descendus dans la rue et se sont attaqués à plusieurs édifices publics.

Les émeutiers ont ouvert les hostilités par des jets de pierres, puis ont commencé à saccager et à mettre le feu à plusieurs institutions, notamment le tribunal de Gdyel, l’agence CNAS et le bureau d’Algérie Poste. Le siège du tribunal a subi de gros dégâts ainsi que le siège de la CNAS, tous deux incendiés. Quant au bureau de poste, les dégâts y sont encore plus importants, puisque les émeutiers se sont introduits à l’intérieur, ont saccagé les locaux, jeté le matériel à l’extérieur et y ont mis le feu.

D’autre part, les manifestants se sont dirigés vers des locaux commerciaux construits dans le cadre des 100 locaux par commune et récemment attribués, qu’ils ont également saccagés. Pour sa part, la prison de Gdyel n’a pas échappé à la colère des émeutiers, qui ont pris pour cible la façade. En outre, un véhicule, une Renault 4, en stationnement devant le portail de la prison, a été incendié par les manifestants.

Après plus d’un heure de violence, les brigades anti-émeutes de la police, dépêchées en force sur les lieux, ont réussi à disperser les émeutiers fort nombreux et réduire l’étendue des troubles. Des brigades de la Protection civile ont été également dépêchées sur les lieux. D’ailleurs, ils ont eu à s’occuper de plusieurs blessés chez les policiers et les émeutiers. L’intervention des forces de l’ordre a conduit à l’arrestation de plusieurs émeutiers. On ignore, pour l’instant, le nombre des personnes arrêtées.

Le chômage mis en cause

Quant aux raisons qui ont été à l’origine de ces émeutes, plusieurs versions sont avancées. Certains émeutiers protestaient contre l’attribution récente de locaux commerciaux. Selon eux, « ces locaux ont été attribués sans équité et sans transparence aucune. Des jeunes se trouvant dans le chômage depuis longtemps, et réunissant tous les critères, n’ont pas bénéficié de ces locaux ».

D’autres émeutiers, parlant également de chômage, montrent du doigt une entreprise nationale basée à Gdyel, mais qui ne recruterait pas parmi les habitants de la localité en question. D’autres encore réclament l’installation d’une agence de recrutement dans la ville, une antenne de l’ANEM, à l’instar de la daïra voisine d’Arzew.

Vers 20 heures, des renforts ont commencé à affluer vers la ville de Gdyel, cette fois-ci des brigades anti-émeutes de la Gendarmerie nationale, qui se sont déplacés en force sur les lieux des émeutes. En début de soirée, la situation était toujours tendue à Gdyel et les forces de l’ordre sur le qui-vive.

H. Saaïdia pour Le Quotidien d’Oran