Algérie : Bouteflika mort d’une crise cardiaque ?

Alors que la Présidence algérienne a annoncé le voyage du chef de l’Etat à Genève pour un contrôle médical, des rumeurs sur le décès d’Abdelaziz Bouteflika circulent sur les réseaux sociaux.

Qu’en est-il de l’état de santé du Président algérien Abdelaziz Bouteflika dont la Présidence algérienne a annoncé le voyage à Genève pour un contrôle médical ? Nul ne sait, à part la Présidence de ce pays d’Afrique du Nord et l’entourage de ce chef de l’Etat. Toutefois, des rumeurs sur le décès d’Abdelaziz Bouteflika circulent sur les réseaux sociaux.

Dimanche, dans un communiqué transmis à l’Algérie Presse Service, la présidence de la République algérienne avait annoncé que le Président Abdelaziz Bouteflika s’était rendu dle même jour à Genève, en Suisse, pour une visite privée durant laquelle il effectuera des contrôles médicaux périodiques. Ce bref communiqué a suffi pour enflammer les réseaux sociaux qui ont déjà annoncé la mort du Président algérien des suites d’une crise cardiaque. Ce n’est pas la première fois que la rumeur annonce le décès de Bouteflika. Âgé de 78 ans, le Président a été victime en 2013 d’un AVC qui a affaibli sa mobilité et sa faculté d’élocution.

Lire sur le sujet : Algérie : hospitalisé en Suisse, Bouteflika a-t-il boudé la France ?

Il faut signaler que l’état de santé du chef de l’Etat algérien est l’objet de spéculations dans le pays et même dans la diaspora. Ce débat a été ravivé par la diffusion d’une photo tweetée par le Premier ministre français Manuel Valls montrant Abdelaziz Bouteflika très affaibli, le regard hagard, la boucher ouverte, signe d’un Accident vasculaire cérébral sérieux, qui a en effet éloigné le dirigeant des lieux publics et privé d’apparitions télévisées.

Outre des rumeur sur sa mort, le voyage de Bouteflika a suscité d’autres débats, notamment sur les relations entre Alger et Paris. En ce sens que le dirigeant algérien qui se faisait habituellement soigner en France, a changé de cap pour se rendre en Suisse. Choix intervenu quelques jours après le tweet de Manuel Valls mal apprécié par Alger.