Algérie : Bouteflika à l’épreuve de la prestation de serment

Suite à sa réélection le 17 avril, le président Abdelaziz Bouteflika prête serment ce lundi, en fauteuil roulant.

Dix jours après sa réélection à la magistrature suprême, Abdelaziz Bouteflika doit prêter serment ce lundi 28 avril. La cérémonie, retransmise en direct par la télévision nationale, a commencé dans la matinée et semble être une véritable épreuve pour le président algérien. A 10h30, assis sur son fauteuil roulant, le chef de l’Etat a passé en revue un détachement de la Garde républicaine qui rendait les honneurs. Puis, il s’est dirigé vers le Palais des Nations où il a été accueilli par les hauts responsables de l’Etat, dont les membres du gouvernement.

Ce n’est qu’à 11 heures qu’Abdelaziz Bouteflika est entré à l’intérieur de la salle des conférences du Palais des Nations, sous les applaudissements, afin de prêter serment. Le président de la Cour prend aussitôt la parole afin de rappeler les résultats officiels du scrutin du 17 avril : Bouteflika en tête avec 81,53% des suffrages.

Il laisse la parole, à 11 heures 02, au président de la République qui a prononcé lui-même le texte de prestation de serment. La prestation de serment a pris fin à 11 heures 06. Abdelaziz Bouteflika a été proclamé président sous les applaudissements et les youyous de l’assistance. Il a débuté, à 11 heures 07, son allocution qui a pris fin à 11 heures 09. Le discours, qui contenait six pages, n’a pas été lu entièrement.

Après un AVC, suivi d’une hospitalisation de 80 jours à Paris, en avril 2013, nombreux sont les observateurs qui doutent de la capacité du président réélu à gouverner le pays pendant cinq années supplémentaires. Abdelaziz Bouteflika est en effet dans l’impossibilité de se tenir seul debout et rencontre d’énormes difficultés à s’exprimer.