Alger interdit une réunion sur les modèles de transition démocratique

La wilaya d’Alger n’a pas autorisé la tenue de la conférence sur les modèles de transition démocratique prévue ce lundi dans la capitale algérienne.

La wilaya d’Alger a interdit la conférence sur les modèles de transition démocratique prévue ce lundi dans la salle Riadh El Feth. La Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), à l’origine de cette réunion, dénonce une tentative de l’empêcher de se réunir. Selon le porte-parole de Jil Djadid, Sofiane Sekheri, le motif invoqué par les autorités est que « le lieu choisi par les organisateurs est à caractère culturel ». Par ailleurs, cette réunion coïnciderait « avec la tenue de plusieurs événements culturels programmés durant le mois de ramadan ».

« Nous avons été surpris, ce dimanche, par une correspondance émanant des services de la wilaya d’Alger qui nous informent du refus d’autoriser la tenue de la conférence thématique », précise un communiqué du CNLTD rendu public.

Aucun évènement prévu le 21 juillet

Les services de la wilaya avaient, dans un premier temps, refusé de traiter cette demande, exigeant des organisateurs qu’ils présentent davantage de détails sur la tenue de cet évènement. Ainsi, la liste des intervenants et participants ainsi que les thèmes qui seraient abordés ont été joints à la deuxième demande déposée le 14 juillet. Une initiative qui n’a pas suffi à convaincre l’administration qui a déclaré le lieu et la date de l’évènement « inappropriés ».

D’après le parti Jil Djadid, « aucune activité culturelle n’est prévue au niveau de la salle le 21 juillet, date de la conférence. Pour preuve, une réservation a été faite et un accord nous a été signifié par le directeur de la salle », souligne Sofiane Sekheri. Il rappelle, par ailleurs, que des activités politiques se tiennent tout au long de l’année dans cette même salle. « On en a tenu plusieurs d’ailleurs », affirme-t-il. Selon lui, le pouvoir politique se cache derrière ce rejet. « Ce refus traduit, en fait, une panique au sein du pouvoir qui souhaite freiner toute initiative visant à sortir le pays de l’impasse ».