Alexandre Benalla devant la justice française


Lecture 2 min.
Alexandre Benalla et Emmanuel Macron
Alexandre Benalla et Emmanuel Macron

Alexandre Benalla, ancien chargé de mission d’Emmanuel Macron à l’Elysée en charge de la sécurité, s’était fait connaître du grand public  le 1er mai 2018 lorsqu’il fut filmé en train de molester un couple lors d’une manifestation à Paris. D’omissions en mensonges, son comportement violent avait déclenché une tempête politique chahutant le Président français et mis à jour une version plus sombre de la diplomatie cachée d’Emmanuel Macron avec les pays africains, l’Algérie en particulier. Plus de trois ans après les faits, c’est aujourd’hui que débute le procès d’Alexandre Benalla.

Le 1er mai 2018, sans aucune autorisation et loin du cadre de ses fonctions, Alexandre Benalla, proche collaborateur d’Emmanuel Macron, accompagnait les équipes de CRS à Paris pour encadrer la manifestation traditionnelle du 1er mai pour la fête du travail. Face à des manifestants excités, Benalla avait perdu à plusieurs reprises le sens de la mesure, violentant un couple et participant à l’arrestation brutale d’un homme. C’est donc pour « violences volontaires en réunion » et « immixtion sans titre dans l’exercice d’une fonction publique » que le tribunal correctionnel de Paris va le juger, aujourd’hui, avec trois autres personnes.

Mais Alexandre Benalla a d’autres casseroles sur le feu puisqu’il sera aussi jugé pour une affaire d’utilisation indue de passeports diplomatiques. Un an après les événements évoqués de violence sur des manifestants, et après avoir quitté le service d’Emmanuel Macron, Monsieur Benalla avait utilisé ses anciens passeports diplomatiques pour des séjours en Afrique et en Israël, dans le cadre de sa nouvelle activité privé de spécialiste en sécurité.

Dans ce nouveau cadre, Alexandre Benalla était allé au Congo Brazzaville, au Cameroun et au Tchad, trois semaines avant un déplacement du Président Macron, sans que personne ne connaisse vraiment le contenu de ses rendez-vous. De quoi nourrir en tous cas beaucoup d’interrogations légitimes lorsque l’on sait le rôle qu’il a tenu dans la diplomatie cachée  d’Emmanuel macron et le fait qu’il fut le relais d’Abdelaziz Bouteflika auprès du Président français.

Beaucoup de dossiers liés à Alexandre Benalla n’auront malheureusement sans doute pas de réponse, car les preuves éventuelles ont disparu en même temps qu’un coffre fort que l’ancien proche d’Emmanuel Macron possédait chez lui, mais qui avait mystérieusement disparu lorsque les policiers en charge de l’enquête firent leur perquisition.

Âgé de 31 ans, né à Évreux en France, de parents marocains, Alexandre Benalla travailla pour les équipes de François Hollande et Manuel Valls avant de rejoindre Emmanuel Macron. Il fut aussi proche d’Alexandre Djouhri, l’homme d’affaire franco-algérien ami de Sarkozy et au centre des histoires avec la Libye de Kadhafi.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter