Air Afrique : la Banque Mondiale prend les choses en main

La compagnie aérienne Air Afrique rentrera début 2001 dans une période d’assainissement financier ou  » Plan de Washington « . Ce plan devrait aboutir à sa privatisation. Air France s’affirme comme  » partenaire stratégique  » .

La multinationale Air Afrique s’engage dans une nouvelle phase de restructuration, sous l’oeil vigilant des experts de la Banque Mondiale. Ce processus devrait aboutir à la privatisation de la compagnie aérienne. Les modalités de cette restructuration sont reprises dans un accord appelé « Plan de Washington ».

Ce plan a été préparé les 27 et 28 novembre derniers lors d’une rencontre entre les ministres des Transports et des Finances des onze Etats membres et des experts de la Banque Mondiale. Il a été officiellement adopté par les pays membres de la multinationale au sommet extraordinaire qui s’est tenu vendredi 22 décembre, à Abidjan. Un des éléments essentiels de ce plan est la réduction du personnel. Selon le directeur de la communication d’Air Afrique, Mansour Diop, la mesure était attendue. Preuve en est l’adoption depuis septembre 2000 d’un plan social, qui sera financé grâce à l’aide de la Banque mondiale.  » Certains salariés se sont déjà inscrits pour bénéficier de ce plan « , ajoute ce dernier.

Lifting avant privatisation

L’autre élément important du Plan Washington est l’assainissement de la situation financière d’Air Afrique. La dette de l’entreprise avoisine les 100 milliards de F CFA. Le traitement de sa dette devrait lui permettre de reprendre  » une exploitation normale « .

La mise en route du plan est prévue pour fin février 2001.  » Pendant un an, la multinationale sera gérée par un comité de crise, en accord avec une administration déléguée par la Banque mondiale « , explique M. Diop. La privatisation, au travers d’un appel d’offre, devrait mettre fin à cette période transitoire. Dans cette opération, Air France, déjà actionnaire et  » partenaire stratégique  » de la compagnie, entend renforcer sa présence en son sein.

Lire aussi :

Bientôt privatisée, Air Afrique pâtit d’erreurs stratégiques

Le destin d’Air Afrique se jouera bientôt.