Ainsi font, font, font, les petites marionnettes bozo

On connaît Polichinelle ou Guignol, mais on connaît moins Yayaroba ou Banokono la cigogne. Pourtant une véritable tradition du théâtre des marionnettes existe au Mali.

Le site Mosaïque du Monde n’est pas entièrement dédié aux marionnettes Bozo du Mali même s’il paraît tout à fait justifié que ces petites créations occupent une page web à elles seules. Il faut donc pour assister à l’enchantement, vous diriger vers la rubrique éponyme  » marionnettes Bozo  » puis cliquer sur le programme  » A l’affiche « . Ce n’est qu’alors qu’apparaîtra le monde magique des Bin Sogow, les marionnettes habillées de paille, des Fini Sogow, celles vêtues de tissu ou encore des Sogow Kun, les masques mis en mouvement par les porteurs. On découvre qu’au Mali, il existe une tradition ancestrale et sociale : c’est le théâtre des marionnettes. Mais des marionnettes pas comme les autres car elles ne sont pas toutes articulées. C’est d’ailleurs ce qui leur vaut de ne pas être toujours reconnues à leur juste valeur.

Marionnettes symboles

Les dessins sont beaux, les masques chaleureux et les croquis de marionnettes donnent envie de se retrouver au spectacle. La marionnette qui nous accueille est frappante de vérité et nous raconte une histoire. L’histoire de Toboji Canta, pêcheur Bozo, qui fut un jour enlevé par un génie. C’est alors qu’un autre génie, Wkloni, l’initia à l’art des marionnettes. Une fois libre, il s’en retourna chez lui, quelque part au bord du fleuve Niger et enseigna aux forgerons la construction de ces créatures. Deux genres de marionnettes naquirent. Et c’est ainsi que les Sogow, marionnettes animales et les Manin, marionnettes à formes humaines, devinrent une tradition. Depuis, les Maliens se pressent pour les retrouver aux différentes représentations.

Celles-ci ont nom Sufe Dow (séances nocturnes), Tlefedow (spectacles diurnes) et Dji Kan Do, représentations itinérantes sur des pirogues le long du fleuve, suivies par la foule le long de la rive. Selon le type de cérémonie, les thèmes abordés diffèrent ainsi que les mises en scène, de même que la disposition du public. Il y a une classification spécifique pour les marionnettes qui sont des représentations d’esprits, d’hommes ou d’animaux. Celle-ci est commune à toutes les tribus. Les Tlefe ne servent qu’aux spectacles de jour contrairement aux Sufe qui sont utilisées la nuit. Les Manin sont celles qui sont le plus utilisées. Elles ont des miroirs dans les yeux afin de rendre l’ambiance plus mystérieuse.

Education et responsabilité

Chaque marionnette symbolise quelque chose. Parmi les Sogow, Diawano le lion représente l’autorité politique, Suruku la hyène est l’emblème de celui qui connaît l’avenir et Koté Kono l’oiseau mythique est considéré comme le juge équitable. Chez les marionnettes humaines, la figure féminine est la plus courante. Mpogotigui Ni Kum est La Femme et la position de ses seins change suivant son âge. Fula Musso est le symbole de la femme peule, belle, légère et infidèle. Tubatu Kun est le visage du Blanc, colon qui oppresse et exploite. En fait, l’histoire du théâtre des marionnettes est liée à l’éducation et la responsabilité sociale au travers du jeu. Un site à visiter d’urgence.

Voir directement les marionnettes.