Afrostream : fermeture du service de SVOD africain

afrostream.jpg

Après deux ans de service, la plate-forme française de VOD Afrostream ferme son service. Le service, soutenu notamment par Orange et par l’incubateur TheFamily n’a jamais percé en Afrique, victime d’une forte concurrence et du manque de financement.

Après deux ans de service, la plate-forme française de VOD Afrostream qui proposait des films africains, afro-américains et africo-caraïbéens ferme son service. Dans une lettre à ses abonnés, Afrostream a déclaré : « Le 13 septembre 2017, deux ans quasiment jour pour jour après le lancement du service de vidéo à la demande Afrostream, nous arrêtons la commercialisation des abonnements. Le service ferme définitivement en France, Royaume-Uni Belgique, Luxembourg, Suisse et dans 24 pays africains dont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée-Bissau, le Sénégal ou encore le Togo. Merci aux milliers d’abonnés qui nous ont fait confiance et aux centaines de milliers de fans qui nous ont suivis sur les réseaux sociaux. »

Le service diffusait dans 24 pays africains à travers un partenariat avec Orange mais aussi en France, avec le soutien de TF1, en Belgique ou en Suisse. Elle s’inscrivait dans la suite du succès des chaînes lancées par le distributeur Thema, initiateur du bouquet africain et de Trace TV qui poursuivent leur développement régulier.

Selon Tonjé Bakang, la plateforme devrait permettre aux africains de partager leurs histoires avec le reste du monde. «Il faut que le Sénégalais de Dakar puisse raconter son quotidien, que l’Anglais d’origine nigériane s’exprime sur sa vie à Londres, ou sur son angoisse du Brexit vu par un migrant, que l’Afro-Américain déraciné se confie etc. Or jusqu’ici il n’existait pas de plateforme pour soutenir cette vision du monde africain. D’où Afrostream», avait-il déclaré dans une interview à Paris Match.

Mais malgré ses soutiens la start-up n’a pas convaincu suffisamment d’abonnés coté diaspora et en Afrique elle n’a pas résisté à la rude concurrence de Canal VOD, de l’américain Netflix ou de Buni TV.

Retrouvez toute l’histoire du développement et de la chute d’Afrostream sur le site medium