Afrique du Sud : une cinquantaine de femmes porteuses de VIH stérilisées sous contrainte

Illustration

Selon une étude, plusieurs hôpitaux sud-africains ont contraint des patientes atteintes de VIH à être stérilisées. Le rapport révèle que les femmes en question sont pour la plupart des noires. Le ministère de la Santé du pays ne s’est pas encore officiellement prononcé sur la situation.

Le rapport de l’enquête en question a finalement été publié le lundi 24 février 2020. En 2015, tout est parti d’une plainte de deux associations de défense des droits de la femme déposée auprès de la CGE. Cette plainte faisait état de 48 différents cas avérés de femmes victimes d’une stérilisation sous la contrainte. Deux éléments de similitude flagrants sont à souligner dans la majorité des cas : les femmes sont toutes noires et porteuses du VIH.

Les différents cas ont été enregistrés sur la période allant de 2002 à 2015. La commission chargée de l’enquête a réussi à obtenir des témoignages des victimes sous serment racontant les circonstances de ces stérilisations. Selon les documents, le personnel médical obligeait les femmes en question à signer des formulaires à l’imminence de leur accouchement. C’est par la suite qu’elles ont découvert qu’il agissait, en effet, de formulaires de consentement qui donnaient le feu vert pour qu’elles soient stérilisées par divers moyens. Selon les enquêtes, les médecins allaient jusqu’à menacer ces femmes de les priver de soins au cas où elles s’opposeraient à l’opération.

Selon la conclusion de la CGE, ces femmes auraient subi des traitements inhumains et dégradants. En obligeant les patientes à signer un formulaire contre leur gré, le personnel hospitalier est accusé d’avoir failli à sa mission principale, notamment celle en rapport avec l’obligation de soins médicaux. Ledit rapport a été envoyé au ministère sud-africain de la Santé qui, jusque-là, ne s’est pas prononcé sur la situation.