Procès Pistorius: témoignage d’un expert en balistique cité par la défense


Lecture 2 min.
arton39919

L’expert en balistique, Wollie Wolmarans, cité par la défense d’Oscar Pistorius, vendredi, a indiqué que son ex-compagne Reeva Steenkamp n’était pas en position défensive au moment de recevoir les balles tirées par l’athlète paralympique. Elle vient ainsi de contredire l’expertise de la police.

Wollie Wolmarans, l’expert en balistique de la défense, a estimé que la victime Reeva Steenkamp était sur le point de sortir des toilettes lorsqu’Oscar Pistorius lui a tiré dessus à quatre reprises, rapporte La Presse.ca. M.Wolmarans a aussi ajouté que l’ex-compagne de Pistorius était située près de la porte des toilettes, en étant légèrement penchée en avant, au moment de recevoir le premier coup de feu. Cette expertise va dans le sens de la défense pour qui Oscar Pistorius avait entendu du bruit venant de cette pièce avant de tirer, pensant ouvrir le feu sur un cambrioleur.

Le parquet n’y croit pas

Le parquet pense, quant à lui, expert à l’appui, que le champion paralympique a tué l’ancien mannequin, après que celle-ci se soit réfugiée aux toilettes, craignant des représailles, suite à une dispute avec Oscar Pistorius. La police avait estimé qu’une balle avait raté Reeva, et ricoché sur le mur avant de la blesser dans le dos, tandis que la dernière l’aurait touchée à la tête et à la main, alors qu’elle était dans une position défensive. Wollie Wolmarans, lui, a essayé de prouver que les quatre balles ont directement touché Reeva Steenkamp. Par l’absence de tissu cérébral sur la main de la victime, il a estimé qu’une même balle n’a pas pu toucher à la fois la main et la tête. «Je ne pense pas que ce tissu aille sur le mur, il serait dans la paume de la main», a déclaré M. Wolmarans.

S’il est reconnu coupable de meurtre avec préméditation, le Sud-Africain risque la prison à perpétuité.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter