Afrique du Sud : Sjava accusé de viol par son ex, Lady Zamar

Lady Zamar est passée en direct sur son compte Instagram pour parler de sa prétendue épreuve de viol par son petit ami de l’époque, l’artiste Sjava. Ce dernier avait publié, plus tôt dans la journée d’hier, une vidéo affirmant son innocence.

Dans son flux en direct, Lady Zamar a déclaré qu’avant le viol présumé, il n’y avait pas de relation amoureuse entre eux. Elle prétend qu’ils apprenaient simplement à se connaître et qu’il n’y avait même pas un murmure de sexe. Elle a déclaré avoir subi une réduction mammaire en juillet 2017 et son médecin lui aurait dit qu’elle n’était pas autorisée à avoir des relations intimes pendant au moins six semaines.

« Je ne sais pas ce qu’il a dit à ses amis et à sa famille. Il n’y a pas eu de conversations à caractère sexuel. Il ne m’avait jamais vu nue auparavant. Juste un baiser. Nous n’avions jamais été seuls ensemble à ce point. Je suis allée dans sa chambre d’hôtel parce que c’était la journée. Il commence à enlever mes vêtements. Et il m’a violée. Je ne pouvais pas me battre… Je le haïssais. Je n’avais jamais été violée auparavant », dit-elle.

« Il a dit que j’étais venue avec l’intention de l’accuser de viol. Je ne l’ai pas inventé parce que j’ai plus à perdre en tant que femme noire. J’ai reçu des SMS de sa part. J’ai étouffé l’incident. Aucune femme sur la planète ne sait comment contextualiser le viol… Je lui ai dit: « tu me maltraites ». Il m’a dit que j’avais de la chance car je ne sais pas ce qu’est la violence », raconte Lady Zamar.

« L’affaire est pendante, le système judiciaire n’est peut-être pas parfait mais j’ai foi. Le plus souvent, vous êtes blessé par des personnes que vous connaissez. Mon corps est à moi. Mon petit ami à l’époque m’a dit que si je ne sors pas ça, je ne guérirai jamais. Je suis guéri. Je vis ma vie. Je n’essaie pas de ruiner intentionnellement sa vie. La vérité ne cessera jamais d’être la vérité. Ce que je sais, c’est que Jabulani m’a violée », poursuit-elle.

« Je n’ai pas pu le combattre, il est énorme. J’ai dit non. J’étais bandé et bourré d’analgésiques. Je ne laisserai personne mentir sur moi. Il a menti sur moi pendant des années et je suis restée silencieuse. … Je suis à un endroit où je peux en parler. Force à chaque femme qui mène cette bataille. Le viol n’est pas une chose facile à porter sur votre âme », a-t-elle ajouté.

Artiste de renommée internationale, Sjava a commenté, dans une publication vidéo sur Instagram, les accusations de viol portées contre lui par son ancienne petite amie. Il a commencé par expliquer que lui et Lazy Zamar s’étaient rencontrés en 2017 et, à l’époque, il l’avait informée qu’il avait une petite amie. Selon Sjava, Lady Zamar a compris et accepté le fait.

Mais, dit-il, au fil du temps, elle a changé d’avis et lui a donné un ultimatum. Elle lui a dit de choisir entre elle et l’autre femme ; et c’était le début de leurs problèmes relationnels. Sjava a également mis les choses au clair sur les informations selon lesquelles il trompait sa femme. « Je n’ai jamais été marié… Je ne suis pas marié », a déclaré Sjava qui, répondant à de nombreuses accusations selon lesquelles il était un père battu à mort. « Je n’ai pas d’enfant », a-t-il fait savoir.

Sjava a par ailleurs soutenu comprendre que Lady Zamar s’est sentie gênée par l’incident. « Je m’excuse de l’avoir mise dans cette situation embarrassante où elle se sentait gênée et se sentait dégradée parce que les gens commençaient à la voir comme une fille de mœurs légères et à la gronder pour avoir fréquenté un homme marié. Je voudrais également m’excuser de ne pas l’aimer comme elle souhaitait être aimée », a confié Sjava.