Afrique du Sud : quand Zuma appelle les ouvriers à voter ANC

A l’occasion de la fête du travail, le président de la République d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, a appelé les ouvriers à voter pour l’ANC, le parti au pouvoir. Lors d’un rassemblement à Polokwane, au nord du pays, il a indiqué que ce parti était le seul à même de mettre en place une politique en faveur des ouvriers

Le Président sud-africain, Jacob Zuma, a critiqué les grévistes dans le secteur du platine, lors d’un rassemblement dans un stade à moitié vide de la ville de Polokwane, dans le nord du pays. Il a incité les ouvriers à voter pour le parti au pouvoir, à l’occasion de la fête des travailleurs, le 1er mai dernier.

Zuma a appelé à cesser les « grèves sans fin »

« Les ouvriers de ce pays doivent savoir que leur avenir se trouve dans l’ANC », a affirmé Jacob Zuma devant près de 15 000 personnes habillées d’un t-shirt à l’effigie de l’actuel président de la République. Sa réélection le 7 mai prochain ne fait aucun doute, alors que le Congrès national africain (ANC) est toujours crédité de 60% des voix dans les sondages, mais ce parti doit faire face à un fort mécontentement d’une part croissante de la population.

Le Président sud-africain a pointé du doigt les « grèves sans fin » dans les mines de platine ces derniers mois, qui ne sont pas « dans l’intérêt ni des travailleurs ni de l’économie » du pays, selon lui, rapporte l’AFP. Il a incité les grévistes à reprendre le travail. « Nous avons besoin d’une majorité nette afin de mettre en œuvre la politique de la classe ouvrière », ajoute-t-il.

Les ouvriers sud-africains sont « parmi les moins payés »

L’ANC est historiquement proche des ouvriers et revendique toujours sa coloration socialiste, malgré sa conversion au libéralisme économique initiée par Nelson Mandela, premier Président de l’après apartheid. Ce parti est historiquement proche du COSATU, le Congrès des syndicats sud-africain, la plus grande confédération syndicale du pays, qui a eu un rôle très important dans la lutte contre les discriminations faites aux noirs.

Le secrétaire général du COSATU, Zwelinzima Vavi, est d’ailleurs très critique envers le pouvoir en place, il a récemment affirmé que « les ouvriers sud-africains étaient parmi les moins payés, sinon les moins payés au monde ». Pour lui, la « liberté et la dignité humaine devaient devenir réalités », critiquant la corruption « grave » au sein de l’ANC et de son allié, le Parti communiste. Il a néanmoins appelé ensuite à voter pour le parti au pouvoir.

Jacob Zuma, qui se fait régulièrement huer dans certains de ses meetings, est accusé d’avoir utilisé plus de 15 millions d’euros d’argent public pour se faire aménager une de ses résidences privés. Dans le secteur du platine, le syndicat majoritaire, l’Association des mineurs et des syndicaux dans la construction (AMCU), a dénoncé à plusieurs reprises la proximité entre la COSATU et l’ANC qui jouent le jeu, selon eux, des grandes multinationales du pays contre les travailleurs.