Afrique du Sud : Oscar Pistorius coupable de « meurtre »

La Cour suprême d’Afrique du Sud a cassé le précédent verdict pour homicide involontaire et déclaré, en appel, l’athlète Oscar Pistorius coupable de meurtre de sa petite amie, en février 2013.

Rebondissement dans l’affaire Pistorius. La Cour suprême d’Afrique du Sud a déclaré, en appel, l’athlète coupable de meurtre, cassant ainsi le précédent verdict pour homicide involontaire. Aujourd’hui en liberté conditionnelle, Oscar Pistorius risque 15 ans de prison.

La Cour suprême sud-africaine a déclaré, en appel, ce jeudi 3 décembre 2015, Oscar Pistorius coupable de « meurtre », ouvrant ainsi la voie à une poursuite beaucoup plus lourde, notamment une peine de prison d’au moins 15 ans.

Selon le juge, l’accusé est « coupable de meurtre, ayant eu des intentions criminelles ». Oscar Pistorius avait tiré quatre balles avec un pistolet automatique sur la porte des toilettes où se trouvait sa petite amie Reeva. L’athlète avait indiqué penser que c’était un cambrioleur qui s’était invité dans sa maison. Ce qui a paru paradoxal est que l’enquête balistique a révélé que la première balle n’était pas mortelle. Mieux, des voisins dont le témoignage avait été rejeté par la juge ont indiqué, durant le procès, avoir entendu des hurlements de femme. La juge avait fermé les yeux sur le fait que Oscar Pistorius ait calmement dit à ses agents de sécurité intervenus pour s’enquérir de la situation que « tout allait bien », a tranché en homicide… involontaire.

Un verdict qui avait été accueilli comme un scandale, notamment à l’interntional, où l’opinion était unanime que « lorsque quelqu’un entend un bruit nuitamment et qu’il vit avec sa compagne, le premier réflexe est de s’assurer que le bruit ne provient pas de cette seconde personne dans la maison. Mieux, quand on pense que c’est cambrioleur qui s’est invité dans sa maison, on s’assure que sa compagne est en sécurité avant d’aller à l’assaut. Rien de tout cela ». Ce jeudi, l droit semble avoir été dit dans cette affaire qui mettait en jeu la crédibilité de la justice sud-africaine.

Dans son délibéré, la Cour suprême a précisé que l’affaire était « renvoyée à la juridiction de première instance pour revoir la sentence ». En clair, cette décision n’implique pas un nouveau procès, mais simplement une nouvelle délibération pour modifier la peine de prison.

Ainsi, le précédent verdict d’homicide involontaire à la suite duquel Pistorius avait été remis en liberté conditionnelle au mois d’octobre est cassé. En première instance, l’ancien athlète paralympique avait été condamné à cinq ans de réclusion pour la mort de sa compagne Reeva Steenkamp en février 2013. Le parquet, qui avait jugé cette sanction insuffisante, avait demandé qu’il soit reconnu coupable de meurtre avec préméditation.

Oscar Pistorius a toujours affirmé avoir tiré par erreur. La Cour d’appel n’a pas remis en cause cette version, mais a retenu qu’en tirant quatre balles de gros calibre à hauteur d’homme dans la porte d’un étroit cabinet de toilette, il ne pouvait pas ignorer qu’il risquait de tuer quelqu’un. Pour le juge, « il est inconcevable qu’une personne raisonnable ait pu penser qu’il était autorisé à tirer avec une arme de gros calibre ».