Afrique du Sud : l’EFF attaque le groupe «Clicks» pour « publicité raciste »

Julius Malema

Le groupe «Clicks», premier laboratoire pharmaceutique d’Afrique du Sud, a provoqué la colère du monde virtuel, après avoir fait des commentaires, moins que flatteurs sur les cheveux naturels africains. Les citoyens ont traîné la chaîne en réponse à ces commentaires, enragés par ce que beaucoup pensent être des insultes racistes. L’EFF de Julius Malema, a publié une déclaration en réponse à cette situation malheureuse, faisant référence à la « publicité raciste dégoûtante ».

Les combattants de la liberté économique ont pesé sur le drame entourant les commentaires faits par le groupe «Clicks» sur le site Web de l’entreprise, faisant référence aux cheveux naturels africains comme « secs » et « abîmés ». Les Bérets rouges ont exprimé clairement leur mécontentement face à la situation: Il est inexplicable que cette imagerie puisse être représentée, une image qui renforce le racisme, récit de l’anomalie de la noirceur par opposition à la blancheur en tant que norme ».

« L’EFF note la publicité raciste dégoûtante diffusée par le média pharmaceutique Clicks, qui affiche les cheveux des femmes noires comme inférieurs à ceux des femmes blanches. La publicité affirme visuellement et de manière descriptive que les cheveux naturels des femmes noires sont abîmés et ternes tout en dépeignant les cheveux des femmes blanches comme normaux, fins et plats », dénoncent les Bérets rouges, dans un communiqué publié par le parti politique, vendredi après-midi.

L’EFF a qualifié cette annonce de violation des droits de l’Homme. En revanche, le groupe «Clicks» a été contraint de retirer cette publicité et s’excuser. Mais, le parti de Julius Malema, très en colère face à cette situation déplorable, continue de critiquer l’entreprise pour avoir alimenté des histoires, dont la nation arc-en-ciel s’efforce de s’éloigner : « La transgression que Clicks a commise va bien au-delà d’une simple publicité, elle représente plutôt une pierre angulaire du racisme anti-noir, qui se manifeste par le mépris de l’identité noire », dénonce l’EFF.

L’EFF est catégorique sur le fait que le groupe «Clicks» a commis une violation des droits de l’Homme, appelant la société à être tenue pour responsable. «Le groupe Clicks doit donc être considéré comme ayant commis une violation des droits de l’Homme à cet égard, car sa publicité perpétue la violence du colonialisme et du racisme. Toutes les forces progressistes doivent s’engager dans une action directe pour s’assurer que le Clicks, soit tenu responsable de son racisme, et cela n’est pas passé sous silence comme de nombreuses violations auxquelles les Noirs sont confrontés dans ce pays ».