Afrique du Sud : des mesures de confinement jugées « irrationnelles »

Cyril Ramaphosa, Président de l'Afrique du Sud

Depuis le début de la pandémie du Coronavirus, l’Afrique du Sud est le pays le plus atteint sur le continent africain. En effet, le pays a enregistré plus de 35 000 cas avec un nombre de décès supérieur à 700. Une situation alarmante qui a poussé le gouvernement à prendre des mesures restrictives très strictes que le tribunal vient de juger irrationnelles et anticonstitutionnelles.

ONG et institutions s’offusquent d’une même voix

Comme tous les Etats, le gouvernement de Pretoria prend très à cœur la question de la santé de ses citoyens. Mais il s’avère que des voix se sont élevées pour dénoncer des mesures non-justifiables pour freiner la propagation du virus. Pour explications, le gouvernement a interdit toutes formes de travail informel, toutes sortes de manifestation publiques, en plus d’interdire la pratique de sports et celle de la vente de rue aussi. Paradoxalement, il était permis à qui en a les moyens de voyager à travers le pays pour assister aux funérailles d’un proche.

Une situation qui n’a pas été du goût de plusieurs organisations. Elles ont donc décidé de porter l’affaire devant le tribunal. On compte parmi elles la Liberty Fighters Network et la Hola Bona Renaissance Foundation. Une décision qui a reçu l’appui et le soutien de la ministre de la Coopération et des Affaires traditionnelles, Nkosazana Dlamini Zuma. Des voix se sont aussi faites entendre du côté de l’opposition qui a fait savoir que de telles décisions porteront un coup dur à l’économie nationale.

Une décision suspendue pour 14 jours

Le tribunal de Pretoria a donc statué et a rendu son verdict, il s’agit de mesures qui vont à l’encontre de la Constitution. Mais pas que, car le Juge Norman Davis a aussi laissé entendre que ce genre de mesures ne prouvent en rien leur efficacité pour aider à une régression de la pandémie en Afrique du Sud. La décision de justice ordonne donc une suspension de ses mesures pour 14 jours, le temps de laisser le gouvernement proposer une alternative.

Par contre de son côté, le pouvoir a fait savoir qu’il tient compte de la décision de justice ainsi prise, mais que les mesures restrictives resteront en vigueur pour le moment. Cela a été rendu public au travers d’un communiqué. Rappelons que jusqu’ici, l’Afrique du Sud faisait partie des pays qui avaient mis en place les mesures les plus restrictives pour lutter contre le Covid-19.