Afrique du Sud : c’est la bataille des polygames !

Les célèbres polygames Musa Mseleku et Lucky Gumbi ne tardent clairement pas à échanger des mots passionnés. Lucky Gumbi est le nouveau polygame et vit heureux avec ses deux épouses, Bayede et Nombuso Gumbi. Leur émission de téléréalité sera diffusée sur SABC1 à partir du 7 novembre prochain.

Ce n’est pas une grande première pour la chaîne numérique et de divertissement généraliste sud-africaine Mzansi Magic, qui a déjà accueilli une famille qui pratique la polygamie et a fait de son émission de téléréalité l’une des préférées à travers tout le pays. Uthando Nes’thembu suit la vie de Musa Mseleku et de ses quatre épouses Ma Khumalo, Ma Yeni, Ma Ngwabe, Ma Cele et leurs enfants.

Le nouveau Shérif a fait quelques commentaires sur le populaire spectacle Mzansi Magic et Musa Mseleku n’est pas trop content de ses propos. Lucky Gumbi a affirmé qu’Uthando Nes’thembu ne montre pas clairement ce qu’est la polygamie. Il a dit que les gens pourraient réapprendre ce qu’est la vraie polygamie. « Je suis au courant de l’autre émission de télé-réalité sur la polygamie. Avec les Gumbis, les gens verront le vrai sens de la polygamie. Dans ma polygamie, il n’y a pas de combats, car je les traite de la même manière », a-t-il déclaré.

Ces mots irritent Musa Mseleku, qui lance un avertissement sévère à Gumbi de ne pas se mêler des affaires de sa famille. Selon Mseleku indique qui dit avoir opté pour la polygamie, Gumbi ne devrait pas comparer sa famille à la sienne. Lucky Gumbi se vantait également que ses femmes ne se battaient pas et Mseleku trouvait cela inquiétant, car ses femmes se chamaillent de temps en temps.

« Je ne connais pas ce Gumbi et je suis sûr qu’il ne me connaît pas non plus. Il doit arrêter de se mêler des affaires de ma maison. Il n’a pas le droit de comparer sa polygamie avec la mienne. Quoiqu’il en soit, je suis le champion de la polygamie et ai fait du concept d’« isithembu » une tendance », a-t-il indiqué. Il a ajouté que s’il n’avait pas fait de la polygamie un acte accepté dans la société, des gens comme Lucky Gumbi raseraient toujours les murs, par honte. « Parler n’est pas coûteux. Il doit s’asseoir et prendre des notes de ce que moi je fais ».

« Je n’ai aucun doute, si je ne m’affichais pas, beaucoup de gens, dont lui, auraient encore honte. Mes femmes sont des humains avec des émotions et des cerveaux. Elles ont leurs propres opinions et me défient parfois. Cela peut être attribué au fait qu’elles ont réussi dans la vie et qu’elles sont indépendantes. Je n’ai utilisé aucune potion d’amour ou « muthi » pour les faire taire et c’est pourquoi elles sont libres », a-t-il également proclamé.