Afrique du Nord-Ouest : invasion de criquets pèlerins imminente

Algérie, Mauritanie, Maroc et Libye, la FAO (l’agence des Nations Unies pour la faim et l’alimentation) a indiqué, mardi, avoir prévenu ces pays d’un risque d’invasion de criquets. Des essaims ont été observés au Tchad et seraient « sur le point de se former au Mali et au Niger ».

Dans un communiqué publié mardi, la FAO invite ces quatre pays à « mobiliser d’urgence leurs équipes de terrain pour les opérations de prospection et de lutte ». D’après l’agence des Nations-unies, les essaims arriveraient probablement dans les semaines à venir. De jeunes criquets ont déjà été observés au Tchad et seraient « sur le point de se former au Mali et au Niger ». Selon des précédents historiques, ils pourraient ensuite se diriger vers l’Algérie, la Libye, le sud du Maroc et le nord-ouest de la Mauritanie.

La reproduction de ces insectes a été favorisée par des pluies abondantes pendant l’été dans ces pays du Sahel. D’après la FAO, les populations d’insectes auraient même été multipliées par 250. Les essaims de criquets peuvent compter jusqu’à plusieurs millions d’individus et un essaim, même de petite taille, « mange plus ou moins la même quantité de nourriture en un jour que 35 000 personnes réunies. » D’où les risques pour les cultures et pâturages.

Problème, la situation sécuritaire au Mali

La FAO a pu surveiller la situation au Tchad et Niger, où des intervenions de lutte contre les insectes ont commencé. En revanche, le cas du Mali est plus compliqué car la situation sécuritaire du pays empêche l’accès à certaines zones de reproduction. Des pesticides, en provenance du Sénégal, Maroc et Algérie, devraient néanmoins être acheminés vers ces pays, avec l’aide du PAM (Programme alimentaire mondial).

En juin dernier, l’agence des Nations unies avait sollicité une aide de 10 millions de dollars pour continuer les opérations de lutte. Seuls 4,1 millions ont été versés, notamment par la France. Pour l’heure, les pays du Sahel, comme le Mali, le Niger, la Mauritanie et le Tchad ont surtout besoin d’aide en véhicules, matériel et pesticides pour faire face à l’urgence.