Afrika Bambaataa: fondateur de la culture hip-hop

Connu comme le parrain du hip-hop, Afrika Bambaataa a démarré comme chef de gang du centre-ville de New-York avant de devenir l’émissaire d’une culture à travers le monde.

Afrika Bambaataa est né Kevin Donovan et a grandi dans le sud du Bronx, à l’époque l’un des quartiers les plus désolées de New-York, aux États-Unis. Les gangs de rue sévissaient durant les années 1970 et Bambaataa faisait partie d’un grand groupe d’adolescents Afro-américains et latinos appelé le « Black Spades ».

Transformé après avoir gagné un voyage en Afrique, il a changé son nom de naissance en Afrika Bambaataa et a converti le gang des Black Spades en une association l’Universal Zulu Nation qui a pour but de faire évoluer les gangs vers la non violence à travers la pratique de la danse et du graffiti.

Clive « Kool Herc » Campbell et Joseph « Grandmaster Flash » Saddler complète le trio des pères fondateurs du hip-hop avec Afrika Bambaataa – Tous les trois ont été des Djs très populaire du Bronx.
Le deejaying, le rap, le graffiti, le break-dance et la connaissance de rue sont les cinq éléments constitutifs du hip-hop. Bambaataa est responsable de la propagation mondiale de cette culture.

Le New York City Rap Tour de 1982 a été la première tournée hors des Etats-Unis pour cette nouvelle musique. Bambaataa et plusieurs break-danseurs, graffeurs et DJs performants sont allés faire la promotion de leur culture à Paris, Londres et Strasbourg.

La chanson classique hip-hop « Planet Rock » par Afrika Bambaataa & Force Soulsonic a été enregistrée en 1982. C’est devenu une des influences majeure du mouvement rap. Le Rap qui a permis de générer une industrie musicale de plusieurs milliards de dollars à travers le monde, créant de nombreux emplois et devenant un mode d’expression pour les jeunes Noirs.

L’Universal Zulu Nation a actuellement des chapitres en Allemagne, Hollande, Corée, Japon, Australie et au Royaume-Uni.