Africagora récompense Hapsatou Sy

Le 9ème forum d’Africagora, une plate-forme d’entrepreneurs de la diaspora africaine, qui s’est tenu le 20 mars à Paris, a décerné ses trophées à trois chefs d’entreprises issus de la diversité. Parmi eux, Hapsatou Sy, la fondatrice d’Ethnicia, un concept de centres de beauté, en plein développement en France. Afrik.com l’a interviewée.

Lancée en 2005, à Paris, la chaîne de salons de beauté, Ethnicia rentre dans une nouvelle phase de son développement. Sa fondatrice, la Sénégalo-mauritanienne, Hapsatou Sy a récemment annoncé l’ouverture, à partir du deuxième semestre 2009, de nouveaux centres de beauté dans des grandes villes de France. Ce développement devrait se faire sur fonds propre et partiellement par franchise. L’entreprise qui dispose déjà d’un maillage de trois salons en région parisienne et qui emploie une cinquantaine de personnes, a reçu, le 20 mars, le premier prix des trophées Africagora 2008. Selon Dogad Dogoui, le président de ce forum qui a fêté ses dix ans cette année, il s’agit d’encourager, le dynamisme, la création d’emploi et le projet de développement de cette jeune entrepreneure. Hapsatou Sy, la fondatrice d’Ethnicia, quant à elle, considère ce trophée comme un encouragement pour poursuivre une aventure humaine qui ne fait que commencer.

Afrik.com : Vous êtes l’une des lauréats des trois trophées Africagora 2008. Qu’est ce que cela représente pour vous ?

Hapsatou Sy :
C’est forcément un encouragement. D’avoir reçu ce trophée d’Africagora, une plate-forme d’entrepreneurs de la diaspora, est une grande fierté pour moi. Cela me permet d’intégrer un vaste réseau et d’être en contact avec des chefs d’entreprises. C’est aussi la preuve que mon travail est en train d’être reconnu. Je pense que c’est très important pour progresser.

Afrik.com : Vous disposez déjà de trois salons en région parisienne et vous venez d’annoncer l’ouverture d’autres centres de beauté Ethnicia dans des grandes villes de France, trois ans après la création de votre entreprise. C’est tout de même un succès remarquable ?

Hapsatou Sy :
Ce serait prétentieux de me part de considérer mon parcours comme un succès. Je ne suis qu’au début d’une aventure qui a commencé il y a un peu plus de trois ans. Il me reste beaucoup à apprendre. J’ai encore beaucoup de chose à prouver. Je crois que le vrai succès est à venir.

Africagora encourage la diaspora entreprenante

Africagora décerne, chaque année, des trophées à des chefs d’entreprises issus de la diaspora africaine. Selon Dogad Dogoui, président et fondateur de ce forum, ces récompenses symboliques visent à encourager « le dynamisme, la création d’emploi, l’aspect fulgurant des projets » des personnes issues de la diversité. La mission première de ce forum est notamment de permettre aux chefs d’entreprises de rencontrer d’éventuels partenaires et de favoriser « la promotion sociale et l’intégration économique et professionnelle des diasporas africaines », explique-t-il.
Les lauréats des Trophées Africagora partageront, lors des rencontres qui seront organisées au cours de l’année, leurs expériences avec d’autres entrepreneurs. C’est l’une des missions qui seront assignées à Hapsatou Sy, la fondatrice d’Ethnicia, Bertrand Nouadjé, fondateur et directeur de Escuela (cours de soutien scolaire à domicile) et Elie Baudelaire Djantou, fondateur et directeur d’Agritech (poudres alimentaires et technologies agro-alimentaires), les récipiendaires des trophées d’Africagora 2008.

Afrik.com : Allez-vous opter pour un développement en propre et par franchise ?

Hapsatou Sy :
Ce sera plus un développement en propre. Je tiens à préserver la qualité de nos prestations. Je ne suis pas dans la quantité. Pour le moment, nous n’avons encore pas choisi les villes. Nous cherchons encore des emplacements. Je suis soutenue dans cette démarche le groupe Unibail [[Unibail est spécialisé dans l’immobilier commercial]] qui me parraine depuis 2007.

Afrik.com : Si vous devez donner un conseil à un jeune qui veut lancer sa propre entreprise, que lui diriez-vous ?

Hapsatou Sy :
La confiance en soi est primordiale. Il faut croire en son projet et ne pas avoir peur de l’échec. On sort toujours plus fort des échecs. Personnellement, j’essuie tous les jours des échecs mais cela me forge.

Afrik.com : Avez-vous des projets en Afrique ?

Hapsatou Sy :
Oui, dans l’humanitaire. Je parraine déjà une école au Sénégal, j’envisage de créer des centres d’éducation pour les jeunes et, pourquoi pas, des « Ethnicia ».

Lire aussi:

 Ethnicia : le salon de beauté tout en un à Paris