Africaboulba, le bus du partage culturel

Le métissage culturel, ce n’est pas qu’une simple expression. Africaboulba, fruit d’une collaboration riche et colorée entre des musiciens amateurs de l’hexagone et deux groupes africains, incite à travers un site Internet, à aller à la rencontre de l’autre. Visite guidée.

Africaboulba, à la croisée de deux tendances musicales, est avant tout l’affirmation d’une collaboration entre le Nord et le Sud. Cette aventure artistique est une approche singulière de la coopération entre la fanfare funk du groupe Tarace Boulba et des rythmes du Mali et du Burkina Faso. Au-delà d’une collaboration artistique, l’initiative de l’association Rastaboulba trouve son fondement dans sa vocation pédagogique et sociale.

Aller à la rencontre des  » autres « , faire de la sensibilisation face aux maux de la société, telle est la démarche militante de l’association qui compte pas moins de cinq cents membres. Donnant un sens véritable à sa vocation, Rastaboulba oeuvre pour la promotion de musiciens africains et mène notamment des actions culturelles auprès des élèves d’Ile-de-France. Ainsi Bengadi Balani du Mali et Abdoulaye Traoré & Kantala du Burkina Faso viendront  » jouer ensemble pour se faire connaître « . L’occasion sera ainsi offerte aux mélomanes de découvrir et d’apprécier les 20 et 21 mai prochain au New Morning le projet Africaboulba. Un échange culturel et humain que souhaite pérenniser le groupe.

Aller à la rencontre du Sud

Africaboulba retentit comme un refrain quand la vitrine du site s’affiche. Une page d’accueil chaleureuse invite à découvrir l’interface. En sept clics, le voyage au pays du son et du dialogue est fait. Les couleurs du site évoquent la chaleur des tropiques traversées par le bus du partage culturel. Des images ramenées de leurs séjours africains témoignent du plaisir que les musiciens ont pris à aller à la rencontre  » du Sud « .

Un décor simple, mais bien amené, suggère une invitation à tendre l’oreille pour apprécier la fanfare funk. Un mariage de sonorités pour un dialogue de cultures. Le visiteur reste malgré tout sur sa faim. Une absence de morceaux de musique sur le site empêche hélas d’apporter une appréciation, ou de se faire une idée du métissage musical.