Africa Power Forum : pour que l’électricité soit accessible dans toute l’Afrique

La huitième édition d’Africa Power Forum a ouvert ses portes ce jeudi à Dakar et s’achèvera vendredi. Cette manifestation a réunit plusieurs experts africains pour discuter des défis énergétiques du continent et tenter de trouver des solutions pour l’accélération du processus de l’électrification de l’Afrique.

A Dakar,

Réinventer l’Afrique de demain, notamment sur le plan de l’Energie, tel est le défi que souhaite relever l’Africa power Forum, qui a ouvert sa huitième édition à Dakar jeudi, sous le thème « Gouvernance publique et impératifs énergétiques ». Il a réunit 180 participants, représentants 14 pays. Durant deux jours, des experts du continent entier se rencontrent pour échanger sur les défis énergétiques de l’Afrique, où une grande partie de la population n’a toujours pas accès à l’électricité. L’objectif, trouver des solutions pour que l’électricité soit rapidement accessible aux quatre coins du continent.

Créé en 2006, le Forum a été organisée par I-conférence, qui souhaite promouvoir les échanges entre les différents acteurs africains. « L’énergie électrique est un droit humain et un socle de développement », selon Hassan Alaoui, président de I-conférences. Selon lui, « ce n’est pas pour rien que Dakar a été choisie pour cette huitième, car la capitale sénégalaise a tout pour devenir un hub énergétique de la région» . Comment mieux gérer les ressources énergétiques en Afrique? Comment optimiser l’énergie dans le continent? Comment réduire les coûts en fonction du niveau de vie de la population? Tant de questions mises sur la table lors de ce Forum. D’autant que l’Afrique dispose de ressources énergétiques très importantes. Le continent concentre en effet 10% des réserves mondiales hydrauliques, dont seulement 8% sont exploités, 10% des réserves mondiales de pétrole, 4% des réserves mondiales de charbon, 29% du potentiel éolien mondial.

« L’Afrique a assez d’énergie mais elle est mal gérée »

Sans compter la biomasse et son immense potentiel solaire. Mais malgré ce potentiel considérable, 645 millions de personnes en Afrique n’auront toujours pas accès à l’électricité en 2030. Le taux d’électrification de l’Afrique reste le plus faible du monde. Et depuis 2001, il baisse régulièrement à cause de l’évolution démographique et de la détérioration des infrastructures. Pourtant, « le continent a tout pour relever ses défis énergétiques », estime Tafsir Diallo, fin expert en électricité au Sénégal. « L’Afrique a assez d’électricité mais le problème c’est qu’elle est mal gérée et mal distribuée », explique-t-il à Afrik.com, estimant que l’énergie solaire est une solution mais que son installation et entretient sont très coûteuses.

Pour Ibrahima Thiam, Président de l’Autorité de régulation régionale du secteur de l’électricité dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), il y a urgence à électrifier l’Afrique, affirmant que des projets d’envergures doivent être mis sur pieds le plus rapidement possible. Selon lui, l’absence de vision est la principale cause du retard de l’Afrique dans le domaine de l’énergie, soulignant que l’Afrique de l’Ouest a un potentiel en énergie énorme mais il est mal exploité. Toutefois pour y remédier, un projet régional est en cours pour que l’électricité circule partout en Afrique de l’Ouest. L’objectif, selon Ibrahima Thiam, qui est à la tête de ce projet, est que 75% de la population dans cette région ait accès à l’électricité. De quoi redonner de l’espoir pour que l’Afrique de demain soit totalement électrifiée.