Africa N°1 inaugure « Rive black, rive gauche »

Africa N°1 a inauguré ce vendredi sur les ondes Rive black, rive gauche. Une émission, en partenariat avec la Mairie de Paris, destinée à la communauté noire de la capitale qui se veut avant tout pratique et conviviale. Elle leur fera connaître les différents services proposés par la municipalité de la capitale notamment en matière sociale, d’éduction, de loisirs, juridique ou de santé. Interview de Robert Minangoy, directeur d’antenne de la radio.

Utile, instructive et pratique, une nouvelle émission, à destination de la communauté noire de la région parisienne et de Paris, vient enrichir le paysage audiovisuel français. Rive black, rive gauche, conçue et élaborée par Africa N°1 en partenariat avec la Mairie de Paris, a nécessité plus de sept mois de travail. Avec quatre animateurs en plateau, elle a été inaugurée ce vendredi à l’antenne. L’hebdomadaire diffusée de 10h30 à 13h n’est toutefois pas accessible aux auditeurs d’Afrique. Sauf sur Canal Satellite.

Afrik : Quel est exactement l’objet de Rive black, rive gauche ?

Robert Minangoy :
C’est une émission locale interactive destinée à la communauté noire de la région parisienne et de Paris afin lui donner des clés pour bien vivre dans la capitale. Il y a énormément de choses et d’activités proposées par la ville de Paris que beaucoup de gens ignorent. Tant sur le plan culturel, juridique, sportif, social ou en matière de santé. Nous allons décrypter les choses pour que les auditeurs puissent facilement se rapprocher de tous ces services qui sont bien souvent gratuits ou très peu onéreux.

Afrik : En quoi est-elle spécifiquement destinée à la communauté noire de Paris et de sa région ?

Robert Minangoy :
Il faut dire qu’elle représente la majorité de notre public. Mais au-delà de la simple communauté noire, tout auditeur qui écoute Africa N°1 apprendra des choses sur la ville de Paris et pourra bénéficier des mêmes clés. Mais s’il n’y a pas de services réservés aux Africains par la ville de Paris, il peut y avoir une approche plus spécifique des problèmes et des besoins de la communauté africaine. Et c’est dans ce sens que nous allons lui trouver des solutions plus directes et plus efficaces.

Afrik : Quel type d’information ou de services allez-vous par exemple aborder ?

Robert Minangoy :
Les Africains vont pour certains partir en vacances dans leur pays d’origine. Nous allons leur dire qu’il faut qu’ils se fassent vacciner, mais qu’il n’y a pas forcément que le centre d’une grande compagnie aérienne française aux Invalides, qui fait payer les vaccins, pour cela. Il y a aussi des vaccinations gratuites grâce aux services sociaux de la Mairie de Paris. C’est ce genre d’information que nous allons pouvoir donner.

Afrik : Vous faite l’émission en relation avec la Mairie de Paris. Est-ce un partenariat ou une commande ?

Robert Minangoy :
C’est une initiative conjointe. Africa N°1, sur Paris, a toujours voulu communiquer en direction des auditeurs de la région parisienne et de Paris. Par le passé, nous avions déjà fait des émissions en ce sens. Nous avions envie de reprendre et il nous fallait un partenaire. La ville de Paris souhaitait communiquer auprès des communautés étrangères et notamment africaines. C’est donc tout naturellement qu’ils sont venus vers nous pour que l’on puisse travailler ensemble sur ce projet.

Afrik : A quand remonte ce projet ?

Robert Minangoy :
Le concept et le projet remontent déjà à plus d’un an. Les rencontres préliminaires ont commencé avant que je n’arrive à Africa N°1. Mais nous avons eu nos premières réunions régulières avec la Mairie de Paris dès le mois de novembre (2003, ndlr) pour définir la ligne éditorial de l’émission.

Afrik : Quel est l’esprit de Rive black, rive gauche ?

Robert Minangoy :
Nous ne voulons surtout pas faire une énumération d’informations et de services. Nous avons placé l’émission sous le signe de la convivialité. C’est pourquoi nous avons choisi de placer quatre animateurs en plateau : Christine Cupit, Lydie Omanga, West Gomez et Huguette Malamba. L’émission est par ailleurs interactive : les auditeurs peuvent appeler pour poser des questions.

Afrik : Pourquoi avez-vous choisi une diffusion le vendredi ?

Robert Minangoy :
Parce que nous nous sommes rendus compte qu’il y avait une plus forte audience en région parisienne ce jour là. Et aussi parce que, le vendredi, on approche du week-end. Et nous donnons également des informations sur la manière de le préparer, sur Paris, pour pas cher. Il y a beaucoup de gens qui ne partent malheureusement pas en vacances. Je pense qu’il est bon que nous soyons là pour les accompagner et leur donner un peu de divertissement et de conseils pendant qu’ils restent à Paris.

 Rive black, rive gauche, tous les vendredis sur Africa N°1, 107.5 FM