Affrontements interethniques en Guinée : plusieurs morts et des maisons brûlées

La préfecture de N’zérékoré, située au sud de la Guinée, à 1.000 km de Conakry, enregistre depuis ce lundi matin des affrontements interethniques entre les Koniakés et les autochtones de la ville, les Guerzé. Selon les informations recueillies sur place, ces affrontements ont fait plusieurs morts et des dégâts matériels importants.

De notre correspondant à Conakry

La ville de N’zérékoré vit au rythme de la violence depuis ce matin. Les affrontements interethniques opposent les Koniakés, originaires de la préfecture de Beyla et les autochtones de la ville de N’zérékoré, les Guerzé. Selon des sources contactées par Afrik.com, le bilan serait lourd. « Il y a des morts et des domiciles privés ont été brûlés », a indiqué Alpha Bah, habitant de N’zérékoré. Il ajoute qu’actuellement (18 heures GMT), les populations sont terrées chez elles. « Nous sommes tous rentrés. Il n’ya personne dans la rue. Les Guerzé et les Malinkés s’affrontent dans les quartiers, à coup de fusils traditionnels et des machettes », précise-t-il.

Un Guerzé abat un Koniaké

Comment tout ceci a commencé ? Selon des sources concordantes jointes sur place, c’est dans la nuit du dimanche à lundi, qu’un gardien de station service d’ethnie Guerzé, a abattu un soi-disant voleur de l’ethnie Koniaké, à Koulé, à 40km de N’zérékoré (la ville natale du capitaine Dadis Camara, ex-Président de la transition). C’est ainsi, dans la matinée de ce lundi, les parents de la victime (des Koniakés) ont décidé de venger leur frère. La nouvelle s’est ainsi propagée à N’zérékoré, notamment dans le quartier de Dorota, majoritairement habité par les Koniaké.

Les Koniaké s’attaquent aux Guerzé

Les témoins oculaires signalent que les Koniaké se sont attaqués aux biens des Guerzé brûlant leurs concessions. La maison du Sotikémo (sage de la ville) n’aurait pas été épargnée par les jeunes en colère. Aux dernières nouvelles, les autorités locales ont déployé les forces de sécurité sur les lieux pour tenter de ramener le calme dans la cité. Déjà à Conakry, le Président Alpha Condé a dépêché ce soir son ministre chargé de la Sécurité présidentielle, Claude Pivi dit «Coplan», à N’zérékoré, lui-même originaire de N’zérékoré pour ramener le calme.