Affaire DSK : Nafissatou Diallo joue les prolongations

Le juge du tribunal de Manhatan Michael Obus a accédé mardi à la demande du procureur Cyrus Vance d’abandonner des charges d’agression sexuelle sur Nafissatou Diallo, qui pesaient sur l’ancien patron du Fonds monétaire international (FMI). Les avocats de la femme de chambre d’origine guinéenne ne s’avouent pas pour autant vaincus. Kenneth Thomson qui avait déjà engagé une procédure au civil pour obtenir des dommages-intérêts au profit de sa cliente a annoncé qu’il interjetterait appel contre l’abandon des poursuites. Pendant ce temps à Paris, Douglas Wigdor et Thibault de Montbrial, deux autres avocats de Nafissatou Diallo ont donné une conférence de presse à Paris. Ils ont annoncé qu’ils préparaient un « dossier de contentieux » aux Etats-Unis. Selon les spécialistes, l’appel dont le résultat ne sera pas connu avant un mois n’a pratiquement pas de chance d’aboutir.

Quelques heures avant l’annonce de la décision attendue du juge Michael Obus, Douglas Wigdor un des avocats américains de Naffisatou Diallo et Me Thibault de Montbrial, chargé de recueillir en France des témoignages pouvant appuyés les accusations de la femme de chambre de 32 ans ont rencontré la presse à Paris. Ils ont continué à affirmer que leur cliente avait bel et bien été violée par l’ex-patron FMI. Ils s’appuient pour cela sur les analyses médicales qui justifieraient selon eux l’agression sexuelle. Les photos en gros plan des « dégâts sur le vagin » de Nafissatou Diallo sont « incompatibles avec des rapports sexuels même violents » a déclaré Thibault Montbrial, mais « compatibles » avec un geste violent de la main, a-t-il ajouté en mimant une main prête à se saisir d’un objet volumineux.

Un mystérieux « dossier de contentieux » aux États-Unis

Reprenant les circonstances de l’agression présumée telle que décrite par sa cliente, Douglas Wigdor a insisté sur le fait que Dominique Strauss-Kahn n’a jamais été amené à livrer sa version sur ce qui s’est déroulé dans la chambre 2806 du Sofitel de New York. L’avocat américain a justifié la demande de démission du procureur Cyrus Vance formulée par ses collègues et lui. Il a expliqué que l’une des collaboratrices du magistrat, Karen Agnifilo, était mariée à l’un des avocats de DSK. La demande de récusation avait été rejetée.. Nafissatou Diallo est « la victime, pas l’accusé », a martelé Douglas Wigdor, qui est revenu sur les révélations de certains médias américains touchant à la vie privée de sa cliente. Notamment le fait qu’elle se serait prostituée.

Les avocats de Nafissatou Diallo affirment qu’ils préparent un « dossier de contentieux » aux Etats-Unis. Mais beaucoup de mystères entourent ce dossier, qui regrouperait des témoignages de femmes qui « ont subi des tentatives telles qu’a subi Mme Diallo, ou Mme Banon», a indiqué Thibault de Montbrial. Combien de témoignages comportent ce dossier ? Qui sont ces femmes ? L’avocat a refusé de répondre. Il a invoqué pour se justifier les « réseaux strauss-kahniens » qui feraient pression sur ces femmes. Il serait lui-même victime de ces pressions. Il a ainsi indiqué qu’il avait déposé une plainte dans la matinée au parquet de Pontoise au sujet d’une résidente de la ville de Sarcelles, où Dominique Strauss-Kahn a exercé en tant que maire. L’entourage de la femme aurait subi des pressions, notamment financières, pour ne pas témoigner contre DSK. L’appel annoncé aux Etats-Unis contre l’abandon des charges qui pesaient sur DSK a, selon les spécialistes, peu de chance d’aboutir. Il pourrait tout au plus retarder la remise de son passeport à l’ancien directeur général du FMI. La justice américaine se prononcera au plus tard dans un mois.