A Paris, des centaines de manifestants burkinabè dénoncent un « coup d’Etat de la honte »

A l’appel de plusieurs associations et collectifs, des centaines de Burkinabè ont manifesté, ce vendredi soir, à Paris, pour protester contre le coup d’Etat mené mercredi par le général Diendéré au Burkina Faso. Reportage.

A Paris,

Ni le froid mordant, ni la plus pluie glaçante ne les ont arrêtés. « Libérez le Burkina », « RSP, CDP, Diendéré, le vaillant peuple burkinabè vous vaincra », scandent plus d’une centaine de manifestants burkinabè venus se rassembler près de l’ambassade du Burkina Faso, dans le 8ème arrondissement de Paris. Tous se sont rassemblés pour dénoncer le coup d’Etat mené mercredi par le général Diendéré, proche de Blaise Compaoré. Un peu en retrait du rassemblement, regardant face à lui ses compatriotes scander sans relâche les slogans de la manifestation, Amadou Taposba, 52 ans, vêtu d’une veste bleu marine, assortie à sa cravate, tenait aussi à participer à la manifestation : « Je suis là pour dénoncer la forfaiture qu’il y a actuellement au Burkina Faso. Le pays a été pris en otage alors qu’on allait vers des élections libres et démocratiques d’ici peu ! », s’écrie l’enseignant qui ne cache pas sa colère. « Mais je sais que cette forfaiture ne va pas durer car le peuple burkinabè se mobilise par milliers à Ouagadougou, et dans les provinces », assure-t-il.

Le Burkina repart de zéro

Accompagné de plusieurs compatriotes, Arnaud Loué, jeune homme filiforme, 24 ans, étudiant en master 2, lui, « ne comprend pas pourquoi ce coup d’Etat intervient soudainement alors que le pays était à quelques semaines des élections et que tout commençait à se mettre en place » A quelques pas de lui, son compatriote Gabriel Kambou, 42 ans, travaillant dans l’hôtellerie, filme la manifestation avec son smartphone. « Trop c’est trop!, s’écrie le jeune homme très éloquent. Nous ne sommes plus dans les années 80 où on pouvait se permettre de faire un coup d’Etat dans le pays. Nous sommes aujourd’hui en 2015, ce coup d’Etat est inacceptable !» D’autant qu’il intervient « à deux pas des élections. Donc maintenant on repart à la case départ. Il faut encore tout recommencer à zéro ! On n’a rien, on est pauvre, on n’a pas les moyens pour ce genre de bêtises », fustige-t-il. Même si Gabriel ne perd pas espoir que la situation s’arrange, il reste toutefois sceptique, estimant qu’« on ne peut pas faire confiance aux militaires. On va avoir gain de cause mais malheureusement il y aura beaucoup de morts », déplore-t-il.

« Il est évident que la France a été mise au courant du coup d’Etat et qu’elle arme ces bandits !»

« Le Burkina Faso n’a pas besoin de Diendéré. Maintenant, tout est chamboulé », dénonce également Charles Tinga, 26 ans, étudiant à l’université Paris 12, au sourire facile. Il rappelle que les auteurs du « coup d’Etat avaient accepté l’invalidité de leurs candidatures et avaient reconnu la transition donc pourquoi reviennent-ils maintenant sur tout ça en décidant de mener un coup d’Etat ? »

Pour l’universitaire surnommé Sept, 54 ans, très grand de taille et élégant, « ce coup d’Etat est un scandale! » Le cinquantenaire y voit, lui, la main de la France : « On se souvient de l’intervention de la France pour exfiltrer Blaise Compaoré. Il est évident que la France a été mise au courant de ce coup d’Etat. Elle est en train de couvrir ces bandits et peut-être même de les armer », assure Sept. Près de lui, Nicole, 50 ans, imposante du haut de ses 1m78, travaillant dans le milieu associatif pour le développement de l’Afrique, qui s’est abritée sous son parapluie, a aussi tenu à participer au rassemblement, bien qu’elle soit originaire du Togo. « Je suis juste venue soutenir mes frères Burkinabè. On veut montrer notre solidarité pour que ce genre de situation ne se reproduise plus dans d’autres pays africains ».

« Le mutisme de l’armée et des candidats à la Présidentielle me dérangent »

Derrière Nicole, Sonya Ouadogo, régulièrement sollicitée par ses jeunes compatriotes pour prendre des photos, affirme, pour sa part, que Diendéré « a voulu se protéger derrière le coup d’Etat en attendant le jour où les résultats des enquêtes sur Sankara devaient sortir. Une coïncidence bien particulière. Il est le principal accusé, ce coup d’Etat est pour lui une façon de dire :  » Je n’ai pas envie de me faire prendre » ». Mais ce qui dérange le plus la jeune femme dans la situation où se trouve son pays, « c’est le grand mutisme de l’armée et des candidats à la Présidentielle. Du coup, on ne sait pas dans quel camp ils sont, ils n’ont fait aucune déclaration forte depuis le début de la crise. Si les candidats à la Présidentielle n’ont pas le courage d’assumer leurs positions, quel genre de dirigeants seront-ils lorsqu’ils viendront au pouvoir ? »

« Diendéré n’est pas un Burkinabè mais un vampire. Il a tué Sankara, Norbert Zongo… On ne veut pas qu’il soit à la CPI, on veut sa tête !»

« C’est mal connaître les Burkinabé s’ils pensent qu’on va se laisser faire !», s’écrie la charmante Oumou, qui a fêté ses 33 ans le 17 septembre, au lendemain du coup d’Etat, tient-elle à préciser. S’abritant également sous un parapluie avec une de ses amies, la jeune femme qui ne mâche pas ses mots estime que Diendéré est une « merde, il a tué plein de gens, dont Sankara, Norbert Zongo, et il continue encore de tuer ! Les manifestants qui meurent actuellement à Ouagadougou ne sont pas des militaires mais des civils, il est en train de tuer son propre peuple ! Il n’a absolument rien fait dans ce pays pour se permettre de faire un coup d’Etat !»

Oumou renchérit : « Diendéré n’est pas un Burkinabè mais un vampire. On ne veut même pas qu’il aille à la CPI on veut sa tête, rouspète la jeune fille qui ne cache pas non plus sa rogne ». Selon elle, « c’est le coup d’Etat de la honte, c’est comme ça qu’on appelle ça, le coup d’Etat de la honte ! Pour une fois on allait enfin élire un chef d’Etat civil car jusqu’ici, on a toujours eu des militaires au pouvoir, mais il fallait qu’ils viennent tout gâcher. C’est le CDP qui est à la base de tout ça. Qu’ils laissent le Burkina en paix ». Elle ne cache pas non plus son inquiétude pour sa famille restée au Burkina : « Ça fait trois jours qu’on ne dort pas, on essaye d’appeler nos familles et on n’arrive pas à les joindre. On essaye de rester calme mais on a peur en réalité ». Oumou est toutefois pleine d’espoir malgré les heures sombres que vit actuellement son pays. « Il y aura beaucoup de morts dans la contestation mais nous vaincrons ».