À Madagascar, le Hira Gasy, théâtre chanté populaire, pour dénoncer les maux de la société

À Madagascar une tradition théâtrale villageoise vieille de plusieurs siècles, reste toujours vivante : le Hira Gasy. Théâtre chanté et dansé par des artistes-paysans, il se balade de ville en village pour dénoncer les maux de la société, et faire trembler les puissants…

Dans le cadre de l’exposition consacrée aux arts de Madagascar, qui se tient au Musée du Quai Branly, et également dans le cadre du Festival de l’Imaginaire, consacré aux traditions scéniques du monde, le Quai Branly nous offrait les samedi 10 et dimanche 11 novembre 2018 deux représentations de « Hira Gasy » (littéralement « le chant malgache » – prononcez Hira Gachy), ce théâtre populaire chanté et dansé typique de Madagascar.

Deux hommes vêtus d’un manteau de de coton rouge, pantalon noir, chapeau de paille, portant un tambour sur l’épaule, courent vers la scène – pieds nus. Ils font battre leurs tambours d’un rythme rapide. Trois violonistes, pareillement vêtus, les suivent, et entament bientôt une mélodie qui pourrait être une danse bretonne ou irlandaise. Quatre danseurs les rejoignent, dans ce même costume, et entament une danse mains sur les hanches, talons pointés, par paires et synchronisés comme dans un quadrille, costumes, pieds nus, musiques et danses qui nous disent d’emblée le métissage de la Grande Île…

Puis musiciens et danseurs s’assoient par terre, l’un d’eux se lance dans un discours rapide, les autres ont la tête inclinée vers le bas, comme en prière : le vieil homme demande la bénédiction des ancêtres pour prendre la parole. Car le Hira Gasy est très ritualisé, mi-populaire mi-sacré, comme toutes les musiques et danses en Afrique traditionnellement, et suit toujours un schéma immuable : introduction, prière, dénonciations sociales, le tout ponctué de chants et de danses.

Quatre femmes arrivent ensuite, vêtues de robes longues de satin rose vif et de dentelles, serrées à la taille à l’européenne mais avec un châle en travers qui évoque le sari indien, et qui, dénoué, leur servira d’accessoire de danse tout à l’heure, avec des mouvements gracieux de bras et des mains comme dans les danses d’Asie, métissages encore pour cette île où 3 continents se mêlent depuis des siècles. Les chants commencent, hommes et femmes mêlés, polyphonie qui évoque celles d’Afrique de l’Est – c’est du continent que les Européens faisaient venir les esclaves pour leurs plantations jadis…

Mais le plus important de ce spectacle, ce sont les MOTS, les paroles de ce chant collectif, accompagné par les violons et tambours, car le Hira Gasy est du théâtre chanté (le spectacle est sous-titré). On commence par saluer les ancêtres, et le public, avec cette idée-force, martelée : « nous sommes tous de la même famille ». Et, parce que toute la force du spectacle réside dans ce qui est DIT, message politique et social fort comme dans une pièce de Molière ou de Shakespeare, le plus important ici est de vous faire partager un peu du contenu des messages de ce théâtre fort subversif. On affirme la solidarité entre les membres d’une même communauté – les Malgaches, ancêtres et vivants – pour mieux dénoncer la volonté d’isolement et d’usurpation des « riches ». On dénonce la perte des valeurs morales traditionnelles sur l’île. Voici un florilège de quelques extraits de ce chant – qui s’adapte à la situation politique et sociale, voire à l’actualité. Extraits :

« Nous sommes de la même famille, ô aînés, de même que vous cadets. C’est ainsi, chers parents, que nous demandons votre bénédiction, pour ne pas trébucher ».

« Habituons-nous à agir avec justesse, et nous maintiendrons la paix ».

« Remercions le Créateur si puissant, et les Rois qui montrent de l’inconduite sont indignes de Lui».

« Nous allons débattre de choses importantes. En quoi notre pays a-t-il évolué en bien ? »

« Les Malgaches sont intelligents, mais ils sont toujours dupés. Par exemple, le médecin des hôpitaux a des médicaments, mais ils sont trop chers pour les pauvres. Et les maladies ne font qu’augmenter ».

« Pourquoi détruire notre terre ? Les terres s’assèchent, les puits se tarissent, qu’allons-nous manger ? ».

« Les sectes foulent aux pieds nos valeurs les plus sacrées, leurs églises se multiplient dans le pays ».

« Avant on pouvait voyager d’un lieu à un autre, maintenant on se fait détrousser, et les vols de bétail et de produits agraires se multiplient ».

« Parlons de nos écolières : à peine pubères, nos filles tombent dans la débauche. Elles croient aux mots d’amour, mais le garçon qui la met enceinte s’en va, et la fille doit abandonner l’école. Les parents espéraient une fille cultivée, ils se sont fait avoir ».

« Les enfants, les voir mal finir ça fait mal. Il n’est de pire épreuve que d’avoir de mauvais descendants ».

Etc. etc.

Et l’on comprend pourquoi les artistes et griots, en Europe comme en Afrique, furent longtemps marginalisés : parce qu’ils DISAIENT LA VÉRITÉ. Parce que le chant et la musique, furent toujours, sous toutes les latitudes, le moyen pour le peuple d’exprimer ses joies, ses peines, bref de parler de son quotidien et de son vécu – et donc, parfois de pousser des coups de gueule. Le blues des afro-américains en est un clair exemple. Mozart réclamant sous la bouche de Leporello la fin des relations maître-valet en est un autre. Plus proche de nous, Brassens et son « Gare au Gorille » (contre la peine de mort), Boris Vian avec « M. le Président » (contre la guerre d’Algérie) ne faisaient pas autre chose, que de délivrer un message politique, de leur temps.

Et l’on songe à cet excellent livre du musicologue belge Etienne Bours, « Le sens du son – Musiques traditionnelles et expression populaire » (Fayard, 2007), qui explique tout cela, et qui raconte comment les Américains, en imposant depuis les années 50 leurs chansons à travers le globe, ont tué la chanson populaire dans bien des pays, et avec la chanson contestataire, qui en faisait intrinsèquement partie, partout et en tous lieux. « I cannot live without you », c’est quand même très peu dangereux comme texte, et ça vous anesthésie le cerveau…

Et l’on se dit que ces pays du Sud ont décidément souvent une longueur d’avance par rapport aux pays du Nord, car le Hira Gasy est bel et bien du théâtre populaire et engagé, bel exemple d’art par et pour le peuple, comme n’aurait pas même osé en rêver un Jean Vilar…

Bravo les Malgaches, bravo les artistes de Hira Gasy !