A l’ombre du frangipanier

Avec  » La véranda au frangipanier « , l’écrivain mozambicain Mia Couto signe une fable fantastique et touchante. Il renouvèle de la plus belle des façons la langue portugaise, inventant de nouveaux idiomes et flirtant avec les langues locales. Un régal.

Ermelindo Mucanga est mort il y a deux décades. Il est enterré auprès d’un frangipanier aux fleurs odorantes et son animal de compagnie est un pangolin bavard. Ce dernier propose à Ermelindo de revenir dans le monde des humains. Lui qui n’a  » jamais su vivre même lorsqu’il était vivant  » va sortir de la mort pour la première fois en occupant le corps d’Izidine Naïta, inspecteur de police.

L’inspecteur en question enquête sur la mort du directeur d’un asile de vieillards, sur une île battue par les vents et une mer qui  » charrie plus de traîtrise que de vagues « . Difficile de trouver le coupable parmi ces vieillards désemparés, traumatisés par la poigne de fer de feu M. le directeur… difficile de distinguer le vrai du faux, la mémoire de l’affabulation, la bonne foi du mensonge. Ils s’accusent tous du meurtre : Navaïa, le vieillard- enfant, Man Nenni qu’on dit sorcière, Domingos Mourao dit Xidimingo, le vieux portugais, Marta, la séduisante infirmière qui dort nue sur le sol…

Situation enivrillante

Publié en 1996, La véranda au frangipanier, a rencontré un beau succès public et critique. Mia Couto y cisèle une langue poétique chargée de fantastique, à mi-chemin entre la langue du Portugal et les différents dialectes mozambicains. L’écrivain travaille et renouvèle la langue portugaise, inventant de nouveaux mots ( » désaportuguaisé « ,  » troublhébété « ,  » liquidéfait « ,  » enivrillante « ,  » tristéperdue « …) et s’appuyant sur la tradition orale du Mozambique. Une vraie révolution linguistique. Il profite de l’enquête de l’inspecteur pour distiller des réflexions sur la guerre et la paix, l’univers surnaturel, les relations entre l’homme et la nature…

Né en 1955 à Beira, Mia Couto a d’abord exercé le métier de journaliste. A partir de 1974, il est directeur de l’Agence d’information du Mozambique, puis du journal Noticias de Maputo et de la revue Tempo. Il se tourne vers la littérature au milieu des années 80. Il est aujourd’hui considéré comme un auteur africain de langue portugaise majeur et La Véranda du frangipanier est l’un de ses plus beaux livres.

La Véranda du frangipanier de Mia Couto, éditions 10/18.

Acheter le livre.