Somalie : 39 morts dans la contre-offensive des shebab

Les insurgés somaliens shebab en Somalie ont pris d’assaut un village dans la région de Bakool, au sud-ouest du pays, mardi dans la matinée. Près de 40 morts sont à déplorer. Après l’attentat perpétré à Djibouti, ce groupe terroriste qui ne cesse de perdre du terrain tente de riposter.

L’attaque d’un village par les insurgés somaliens shebab a fait près de 40 morts mardi dans la matinée. Les insurgés ont pris d’assaut le village d’Aato, dans la région de Bakool au sud-ouest du pays, tout près de la frontière entre l’Ethiopie et la Somalie. Il s’agit d’une des attaques les plus meurtrières de ces dernières semaines alors que ce groupe affilié à Al-Qaïda ne cesse de perdre du terrain.

Le dernier bilan fait état de 39 personnes mortes dans les violents affrontements qui ont opposé les militaires pro-gouvernementales dont 27 ont trouvé la mort. Les insurgés auraient perdu 12 combattants, selon le gouverneur de la région de Bakool, Mohamed Abdi Tall, contacté par Voice of America.

Une menace pour les pays de l’UA

Les militaires ont ensuite réussi à reprendre le contrôle de la localité. Le mouvement shebab ne cesse de perdre du terrain ces dernières semaines face aux troupes de la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM) déployées depuis 2007 et dont les effectifs ont récemment été portés à 22 000 hommes. L’organisation extrémiste reste toutefois une menace en Somalie et pour les pays de la région qui fournissent des troupes à l’AMISOM, dont les principaux contributeurs sont l’Ouganda, le Burundi, l’Ethiopie et le Kenya.

Les shebab ont revendiqué, mardi, un attentat perpétré samedi dans un restaurant de Djibouti qui fournit un millier d’homme à la force panafricaine. Les « croisés français » étaient aussi visés, dans ce lieu fréquenté par les Occidentaux, à cause de leur engagement en Centrafrique, selon l’organisation. Trois personnes dont les deux kamikazes sont mortes et une vingtaine d’autres dont sept Français ont été blessées.

« Cette attaque n’est qu’un début et ce qui va bientôt suivre, si vous refusez (…) ce sera bien pire », ont prévenu les shebab, d’après Xinhua. Samedi dernier, des combattants de cette organisation ont attaqué le bâtiment du Parlement somalien à Mogadiscio, la capitale du pays, tuant 10 personnes et blessant 4 députés, tandis que 8 de leurs combattants ont trouvé la mort. En février, ils avaient attaqué le palais présidentiel et tué 17 personnes.