9 000 Togolais sont encore réfugiés au Bénin

Seuls 9 000 des 25 000 réfugiés togolais qui avaient fuit les violences post électorale dans leur pays sont toujours dans des camps au Bénin. Le rapatriement se fait sur la base d’un volontariat accompagné de comités d’accueil installés dans les régions d’origine des déplacés.

Par Panapress

Environ 9.000 réfugiés togolais, dont 5 000 au seul camp d’Agamè et 4 000 à Cotonou et dans d’autres villes du pays, vivent actuellement au Bénin, a déclaré mercredi soir, le coordonnateur régional du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Rafik Saidi, qui a précisé que ce nombre était de 25 000 en décembre dernier.

Au cours d’une conférence de presse tenue dans la métropole béninoise, M. Saidi a indiqué que son institution continue d’enregistrer des départs spontanés, notamment de personnes âgées et de femmes, en majorité originaire d’Aného dans le sud-est du Togo, à la frontière avec le Bénin. Il a néanmoins précisé que le rapatriement des réfugiés sera toujours une démarche volontaire et que le HCR ne forcera personne à rentrer contre son gré.

Faciliter le retour des rapatriés

Dans le cadre des stratégies de suivi des candidats au retour, des comités d’accueil composés de représentants de la société civile, des partis politiques (opposition et pouvoir), sont installés dans les régions d’origine des réfugiés et sont chargés de faciliter le retour des rapatriés et de s’assurer du respect de leurs droits. A cet effet, le HCR a, précise-t-on, déployé du personnel supplémentaire à Aného et Lomé pour assurer le suivi des personnes rapatriées. Cette présence sera renforcée et évoluera au fur et mesure qu’augmenteront les activités liées au rapatriement pour apporter un soutien et la réinsertion des rapatriés.

L’afflux des réfugiés togolais au Bénin avait fait suite aux violences ayant émaillé l’élection présidentielle de 2005 au Togo. Quelque 25.000 Togolais, pour la plupart des femmes et des enfants s’étaient alors réfugiés au Bénin où ils ont été hébergés dans les camps de Comè et d’Agamè. Selon les chiffres récents du HCR, le camp d’Agamè, qui accueille les habitants des deux camps, ne comptent actuellement que 5.000 Togolais en attente de rentrer chez eux.