58e anniversaire de l’indépendance du Maroc : Bouteflika écrit à Mohammed VI

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a écrit ce dimanche 16 novembre au roi du Maroc Mohammed VI à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance du Maroc. Il a exprimé son souhait de voir les deux pays oeuvrer pour la paix.

Abdelaziz Bouteflika reprend les choses en main. Suite à la récente altercation politique entre le Maroc et l’Algérie sur le dossier du Sahara occidental, le président algérien a adressé ce dimanche 17 novembre un message au roi Mohammed VI. Il a réitéré son « souci d’œuvrer à la préservation et au renforcement des liens de fraternité et des relations de coopération unissant nos deux pays et nos deux peuples ».

Le dirigeant algérien a en effet saisi l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance du Maroc pour calmer les tensions entre les deux pays. « Il m’est particulièrement agréable, alors que le Royaume du Maroc célèbre le 58e anniversaire de son indépendance, de vous présenter, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes vœux les meilleurs, priant Dieu Le Tout Puissant de vous accorder santé et bien-être et davantage de progrès et de prospérité au peuple marocain frère », a écrit Abdelaziz Bouteflika dans ce message diffusé via l’agence officielle APS.

Abdelaziz Bouteflika n’a pas fait allusion au drapeau algérien arraché du toit du consulat d’Algérie à Casablanca, marquant ainsi sa volonté d’oublier cette anecdote. « La célébration de cet anniversaire nous offre l’opportunité de nous remémorer les faits marquants de notre histoire commune et les grands sacrifices consentis par nos deux peuples, lors de la lutte pour la liberté et la dignité », a souligné le chef d’Etat algérien, affirmant qu’il fera en sorte que les relations entre les deux pays ne soient pas constamment perturbées.

La dernière discorde entre ces deux pays avait éclaté le 29 octobre dernier lorsque le Président algérien avait jugé dans un discours lu à Abuja par son ministre de la Justice, Tayeb Louh, « plus que jamais d’actualité » l’installation d’une surveillance étroite des droits de l’Homme au Sahara occidental. La diplomatie marocaine avait immédiatement réagi par le biais de l’agence officielle marocaine MAP en accusant Alger de soutenir les indépendantistes sahraouis et de chercher à « servir ses desseins hégémoniques dans la région ». Plus encore, de « brouiller les cartes » afin de « détourner l’attention des graves violations de ces droits qui se produisent quotidiennement sur (son) territoire ».

Aujourd’hui, le discours algérien a changé en ce 58e anniversaire de l’indépendance du Maroc. « C’est également une occasion heureuse, a ajouté le chef de l’État, pour vous réaffirmer mon souci d’œuvrer à la préservation et au renforcement des liens de fraternité et des relations de coopération, unissant nos deux pays et nos deux peuples. »