2006 : L’Afrique premier bénéficiaire du programme humanitaire de l’ONU

Les Nations unies ont lancé un de ses plus importants appels en demandant 4,7 milliards de dollars pour des opérations humanitaires en 2006. Deux pays africains devraient recevoir plus de la moitié des fonds.

Ces opérations humanitaires, concerneront au premier chef le Soudan et la RD Congo. Elles portent généralement sur la nourriture, l’eau, l’assainissement et la santé.

Le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, a déclaré, en lançant cet appel mercredi depuis New York, qu’il aidera 31 millions de victimes des calamités dans 26 pays. Il a reconnu que la somme demandée est énorme, mais il a souligné que les tâches à accomplir le sont aussi.

« En fait, c’est moins que ce que le monde consacre toutes les 48 heures à ses dépenses militaires », a affirmé le patron de l’ONU, en soulignant qu’il valait la peine de dépenser cet argent pour sauver des vies.

Les fonds requis représentent une augmentation majeure par rapport aux 1,7 milliard de dollars demandés par l’ONU il y a un an, même si l’appel humanitaire réel pour 2005 a atteint 5,9 milliards de dollars en raison d’urgences non prévues.

74 pays donateurs

Dans le cadre de l’appel global pour 2006, qui inclut les opérations des agences du système des Nations unies et de certaines ONG, le Soudan vient en tête de liste avec 1,5 milliard de dollars, suivi de la RD Congo avec 1,17 milliard de dollars. La plus petite requête (31 millions de dollars) concerne le Congo-Brazzaville.

Le Secrétaire général-adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Jan Egeland, a déclaré lors d’un point de presse que l’appel pour la RD Congo a été quadruplé en raison de l’accès accru à la plupart des régions de ce pays ravagé par la guerre où un millier de personnes meurent quotidiennement de négligence et de maladies évitables.

M. Egeland a souligné que la réponse des bailleurs de fonds aux appels humanitaires s’est renforcée, avec le nombre des donateurs qui est passé de 29 pays en 2004 à 74 cette année. M. Egeland a aussi déclaré qu’il s’attendait à ce que les pays riches en pétrole augmentent leurs dons pour l’aide humanitaire.

Il a indiqué qu’au fil des ans, les urgences qui ont le plus
bénéficié de l’aide humanitaire ont été celles de l’Afghanistan, de l’Irak, du tsunami asiatique de décembre 2004 et du séisme en Asie du Sud en 2005.

M. Egeland a évoqué des pays négligés comme le Burundi, la
Centrafrique, la Guyane et la Côte d’Ivoire en soulignant: « Nous espérons qu’en 2006 le partage sera plus équitable ».

Il a déclaré que l’appel pour 2006 est plus important parce que d’autres ONG ont été incluses, plus de gens ont été affectés par des calamités et les organisations humanitaires ont davantage accès aux populations vulnérables et que les opérations ont été étendues.

Le responsable onusien a cependant averti que la délivrance tardive de l’aide humanitaire entraîne souvent des coûts plus élevés pour les opérations de secours, particulièrement en Afrique où les approvisionnements doivent être acheminés par pont aérien une fois que la saison des pluies commence, ce qui rend les routes impraticables pour les camions.