14 juillet : les soldats africains au garde-à-vous !

Quelque quatre cent militaires du continent prêts à s’aligner sur le pas des soldats français. Le président Nicolas Sarkozy a invité, mercredi, les chefs d’Etat des anciennes colonies françaises ainsi que des militaires africains à la fête nationale du 14 juillet. Une invitation qui déchaîne les critiques et interroge sur la fin véritable de la « Françafrique ».

Convier les quatorze pays africains [Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo.]] qui fêtent le cinquantenaire de l’indépendance cette année, le jour de la fête nationale française, l’idée ne manque pas d’audace. Le président Nicolas Sarkozy a convié mercredi les chefs d’Etat des anciennes colonies françaises pour le défilé militaire sur l’avenue des Champs Elysées. Une invitation qui laisse perplexe des ONG comme [Survie. L’organisation a préparé une course cycliste entre Lyon et Paris sous le mot d’ordre : « Gonflés à bloc pour arriver à Paris avant les dictateurs ». Bon gré, mal gré, le chef d’Etat fait face et essaye d’assumer sa décision. « C’est insoluble, confiait-il récemment. Si on ne fait rien, les gens diront qu’on s’en moque. Si on s’en occupe, ils nous traiteront de néocolonialiste. »

Les invités et les autres…

Du côté du gouvernement français, la situation est claire. Ce 14 juillet sera dédié à l’Afrique n’en déplaise à certains. La fête a d’ailleurs débuté mardi en grande pompe. Nicolas Sarkozy a déjeûné avec douze de ses homologues africains. A l’exception de l’Ivoirien Laurent Gbagbo, qui a boycotté l’invitation et qui sera représenté par son ministre de la Défense, et du président Andry Rajoelina, accablé par les sanctions émises par la communauté internationale. Mais, il faudra attendre mercredi pour le bouquet final. Quelque quatre cent militaires africains défileront sur la plus célèbre avenue de Paris aux côtés des soldats français.

L’armée ivoirienne sera la grande absente de cette cérémonie. Et pour cause, le pays refuse de célébrer son cinquantenaire chez l’ancien colonisateur. « C’est notre anniversaire, nous le fêtons à la maison chez nous. Nous ne voyons pas bien les raisons profondes de cette volonté de fêter le cinquantenaire d’Etats indépendants en France. C’est une initiative très ambigüe », explique Pierre Aimé Kipré, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire en France. Pourtant Jacques Toubon, secrétaire général du Cinquantenaire se veut formel : « Par ce défilé, nous voulons rendre hommage aux centaines de milliers d’Africains qui se sont battus pour la France ». « Nous avons une histoire commune », argue-t-il. Peine perdue, la Côte d’Ivoire n’en démord pas. Et pour enfoncer le clou, elle appelle la France à régler les contentieux sur des événements évoqués par Laurent Gbagbo, lors du sommet Afrique-France. Référence faite à 2004, lors de la destruction de la flotte aérienne ivoirienne par les forces françaises et à la mort en 2005 de plusieurs manifestants ivoiriens tués par des soldats français.

La « Françafrique » never die

A l’occasion du 25ème sommet Afrique-France, à Nice le 31 mai dernier, Nicolas Sarkozy avait appelé de ses vœux au rééquilibrage des relations entre Paris et le continent. Pendant deux jours, il s’était montré proche des dirigeants anglophones comme le Sud-africain Jacob Zuma, délaissant au passage les leaders d’Afrique de l’ouest. Pas grave, les chefs d’Etat des anciennes colonies françaises ne sont pas rancuniers. Après tout, le président français les a invités à la fête nationale. Et puis, mieux vaut ne pas froisser des partenaires économiques, comme l’Hexagone.

Nicolas Sarkozy avait prévenu. Dorénavant, il souhaite développer ses relations avec tout le continent et notamment avec les pays anglophones comme le Nigeria ou la nation arc-en-ciel, géants économiques de l’Afrique. Un changement déjà largement
engagé, dit-on à l’Elysée, chiffres à l’appui. Si 52% des 8,9 milliards d’euros de l’aide publique française au développement sont allés au continent africain en 2009, Afrique du Nord comprise, les 14 pays francophones en question n’en ont recueilli que 18% (1,448 milliard d’euros). Les dirigeants d’Afrique de l’Ouest devront se contenter cette année de participer, « en famille », à la fête du 14 juillet.

Pour en savoir plus :

 le programme du défilé militaire