26 novembre 2014 / Mis à jour à 09:16 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Sénégal - Crime et banditisme - Drogue
Sénégal : « le DG de la police est un trafiquant international de drogue »
Général Pathé Seck, ministre de l’Intérieur

Apres les rapports des ONG citant la police comme le corps de métier le plus corrompu au Sénégal, mardi, le journal Le Quotidien faisait état de l’implication de l’actuel patron de la police dans un vaste trafic de drogue, alors qu’il était à la tête de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis). C’est suite à un rapport fourni par son successeur, Cheikhna Cheikh Sadibou Keïta.

(De notre correspondant à Dakar)

Selon un rapport de Cheikhna Cheikh Sadibou Keïta, ex-directeur de l’Office central pour la répression des trafics illicites des stupéfiants, l’actuel Directeur général de la police nationale et ancien patron de l’Ocrtis pendant 10 ans, Abdoulaye Niang, serait « un trafiquant de drogue ». Toujours selon ce rapport qui accable le patron de la police sénégalaise, produit par le commissaire Keïta, qui l’a remplacé à la tête de l’Ocrtis, le commissaire Niang aurait aidé des malfaiteurs et fait revendre de la drogue pour son propre compte. Il serait au cœur d’un trafic international de drogue. Les séances d’incinérations des drogues saisies, devant les cameras de télévision, ne seraient, en réalité, que de la poudre aux yeux, selon le commissaire Keïta. Aucune drogue saisie n’est incinérée devant les cameras.

Aux regards de toutes ces accusations, si elles se confirment, la crédibilité de la police nationale et surtout celle de l’actuel ministre de l’Intérieur, le général Pathé Seck, seront entachées, puisque selon le commissaire Keita, le ministre de l’intérieur du Sénégal était au courant des agissements du commissaire Abdoulaye Niang. Ce dernier a été nommé dans la précipitation pour remplacer Codé Mbengue à la tête de la Police nationale. Dès cette nomination, le commissaire Keïta aurait saisi le ministre de l’Intérieur Pathé Seck, pour lui faire part de sa crainte sur la situation que pourrait créer l’installation du commissaire Abdoulaye Niang dans ses fonctions de Directeur général de la police. « La réputation et l’honorabilité de cette prestigieuse institution pourraient en souffrir, sans compter que cela entacherait l’image du Sénégal », estime M Keïta.

La réponse du ministre Pathé Seck ne s’est fait pas attendre. Il a dit refuser de s’impliquer dans ce qu’il qualifie de « duel fratricide » entre responsables de la police. Le général Pathé Seck avoue n’avoir pas reçu de rapport de l’Ocrtis dans ce sens. Cependant, il invite l’opinion à attendre de voir ce que la justice va dire. « Personne n’est mieux placé que le magistrat, que le procureur pour dire voilà une affaire qui est arrivée à nous, voilà le traitement que nous en faisons, voilà les décisions que nous comptons prendre. Que la justice fasse ses conclusions et que les résultats de l’enquête de commandement que j’ai commandée moi-même nous donnent des résultats. C’est à ce moment-là que nous apprécierons », confie le ministre de l’Intérieur à la presse.

Un scandale qui fait la Une de la quasi-totalité de la presse d’informations générales au Sénégal. Toutefois, si les faits sont avérés, c’est sûr que des têtes vont tomber. Affaire à suivre.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles