22 décembre 2014 / Mis à jour à 21:03 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Mali - Conflit - Guerre - Politique - Terrorisme
Mali : hantise de la guerre et état d’urgence

Le Mali est en guerre. Pour faire face à cette situation exceptionnelle, le Conseil des ministres, réunis en session extraordinaire lundi, a autorisé la prorogation pour trois mois de l’état d’urgence. Une disposition en vigueur depuis le 12 janvier dernier. L’état d’urgence se situe dans le cadre des mesures prises pour la gestion de la crise née de l’occupation prolongée des régions de Gao, Tombouctou, Kidal et une partie de celle de Mopti.

(De notre correspondant)

C’est pour le bon déroulement des opérations militaires en cours pour la libération des régions occupées du Mali et la nécessité d’instaurer et de maintenir un climat social serein dans tout le pays, que le Conseil extraordinaire des ministres de lundi a décidé de proroger l’état d’urgence sur l’étendue du territoire national. Cela pour une durée de trois mois. Durant cette période, la liberté d’expression et de manifestation seront restreintes. Les mouvements de circulation de la population à des heures tardives seront désormais être contrôlés. A cela s’ajoute, la mise à disposition de l’armée de tous les véhicules Pick-up de l’Etat en état d’utilisation sur le terrain.

Mobilisation générale

Pour le président de la République par Intérim, Dioncounda Traoré, les derniers développements de la situation au Nord du pays lui imposent de sonner la grande mobilisation autour de l’armée au prix de sacrifice. Pour Dioncounda Traoré, il s’agit d’une mesure qui n’a pas pour objectif de restreindre délibérément les libertés mais de protéger les citoyens maliens et leurs hôtes contre le terrorisme dont la population connait les méthodes. Le Pr. Dioncounda Traoré appelle également ses concitoyens à participer à l’effort de guerre.

Ce n’est pas la première fois que l’état d’urgence est décrété au Mali. En effet, du 20 juillet 1960 (date de l’éclatement de la Fédération du Mali) jusqu’aux premières heures de l’indépendance du pays (22 septembre 1960 et jours suivants), l’état d’urgence et l’état de siège furent décrétés. Cette disposition règlementaire a été aussi prise par le pouvoir d’alors en 1990, dans des régions de Gao et Tombouctou, qui furent le théâtre de la première rébellion dirigée par un certain Iyad Ag Ghaly.


lire aussi
Très peu d’images circulent sur le Mali depuis le début de l’engagement de la France dans le pays. De même pour la prise d’otages sanglante en Algérie. Les médias sont mis à l’écart des zones de combats...

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a remercié, lundi 13 janvier, l’Algérie pour l’ouverture de son espace aérien aux rafales français. Or, les avions de guerre français à...

Selon l’OCDE, 1 million de Maliens vivent à l’extérieur du Mali. Parmi eux, 90 000 expatriés en France dont 6000 (voire 10.000) à Montreuil, dans le département de la Seine-Saint-Denis. Ce qui a valu à...

Après avoir repris la ville de Konna, la semaine dernière, les armées française et malienne contrôlent depuis lundi les villes de Douentza et Diabaly. Afrik.com a voulu savoir ce que représente cette...

La photo d’un soldat français, engagé dans la guerre au Mali, dérange. Et pour cause ? Le militaire de l’armée française pose avec le visage couvert d’un foulard noir teinté d’une tête de mort...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles