28 novembre 2014 / Mis à jour à 20:56 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Maroc - Portugal - Sahara Occidental - Histoire - Colonisation
Le cap Bojador : lorsqu’une légende freine l’expansion coloniale
Alors que les Portugais disposaient déjà au début du XVe siècle de moyens de navigation assez efficaces pour voyager jusqu’au sud du continent africain en longeant les côtes, leurs opérations s’arrêtaient toujours au large du Sahara occidental. Pour quelle raison ? Une légende disait, qu’après le cap Bojador, une mer des Ténèbres empêchait toute progression…

Le cap Bojador (actuellement cap Boujdour) est situé au large du Sahara occidental. Au début du XVe siècle, il est considéré par les Portugais comme le commencement d’une mer des Ténèbres que l’on ne peut traverser. Autrement dit, il correspond à la limite méridionale du monde connu des Européens. D’après eux, d’immenses vagues, des rochers dangereux, une brume épaisse et même des monstres marins y rendent toute navigation impossible. Ce « cap de la Peur » est donc une barrière pour Lisbonne qui souhaite rejoindre les mythiques Indes par la mer.

Le Portugal cherche alors dans un premier temps à étendre ses conquêtes au nord de la limite de Bojador : Ceuta est prise en 1415, l’île de Madère est occupée quatre ans plus tard, tout comme l’archipel des Açores en 1427, puis quelques virées sont organisées dans les îles Canaries dans les années 1430. Toutefois ces maigres conquêtes sont loin de satisfaire l’ambitieux royaume et sa noblesse, désireuse d’étendre ses possessions. Henri le Navigateur, prince du Portugal, n’ayant que peu navigué malgré son surnom, finance finalement Gil Eanes en 1434, afin qu’il brave la légende.

La fin d’un mythe et les prémices de la conquête

Gil Eanes a déjà mené une expédition dans les îles Canaries pour le compte d’Henri le Navigateur. Mais cette fois sa mission est bien plus risquée, voire suicidaire : le passage du cap à l’aide d’une petite embarcation. Il doit trouver des marins, et bien que le salaire soit avantageux, quinze hommes seulement sont volontaires. Il part ainsi du Portugal et se dirige vers le fameux enfer de Bojador.

En arrivant sur place, il décide de s’éloigner des côtes à l’ouest pendant une journée. Puis il revient vers l’Afrique, en comprenant rapidement que l’obstacle est dépassé. Ce voyage tant redouté, se révèle finalement aisé et met fin aux vieux fantasmes européens sur l’existence d’une mer des Ténèbres dans ces environs. Gil Eanes devient de ce fait un héros, pour l’un des plus simples voyages de l’histoire. A lui tout seul, il ouvre ainsi la voie à la découverte des côtes africaines et à l’accès aux Indes par le contournement du continent. Les légendes seraient-elles parfois plus efficaces que les armées ?


lire aussi
Le Dronte de Maurice, plus communément appelé dodo, est devenu l’exemple-type de l’espèce animale disparue en raison de l’activité humaine. Son extinction est également porteuse de sens quant au...

De nos jours, les îles Canaries font régulièrement la une de l’actualité. Parfois pour leurs plages paradisiaques, pour les incroyables incendies qui s’y multiplient, mais le plus souvent en raison de...

Les Portugais sont de plus en plus nombreux à migrer vers l’Angola pour améliorer leurs conditions de vie. Grâce à leurs revenus gagnés dans le pays, nombre d’entre eux envoient de l’argent à leurs...

Tout le monde sait que Ceuta est aujourd’hui une terre espagnole revendiquée par le Maroc. Or, il est moins connu que les premiers à avoir lorgné sur la ville étaient les Portugais. Avant même la fin...


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles