17 avril 2014 / Mis à jour à 23:35 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
France - Maroc - Conflit - Politique - Insolite - Humour
Jamel Debouzze s’incline devant les « moches » de Montbéliard

« Ils sont moches les gens à Montbéliard. Quand j’y ai été, je me suis dit le nuage de Fukushima, il s’est arrêté au centre-ville. Il s’est passé quoi là-bas ? » Il s’est passé que la petite blague de Jamel Debbouze n’a absolument pas plu aux Montbéliardais. Au point que l’humoriste a fini par présenter des excuses sur sa page officielle Facebook. Flashback.

Jeudi 20 décembre, M6 retransmet en direct le spectacle de Jamel Debbouze, « Tout sur Jamel ». Un succès. La chaîne privée française rafle plus de 15% de part d’audience avec près de 3,8 millions de téléspectateurs. Jusque-là, tout va bien. L’humoriste, classé 20e personnalité préférée des Français selon un sondage BVA, commente, de manière décalée, son histoire d’amour avec Melissa Theuriau, leurs différences culturelles ou encore la politique d’aujourd’hui. Entre deux sketchs, Jamel lâche une « blague ». Texto : « Ils sont moches les gens à Montbéliard. Quand j’y ai été, je me suis dit le nuage de Fukushima, il s’est arrêté au centre-ville. Il s’est passé quoi là-bas ? J’y ai de la famille en plus. Montbéliard, si vous m’écoutez, j’ai rien à vous dire. (sic) » La salle éclabousse de rire. Certains téléspectateurs, les Montbéliardais, rient jaune.

Dans un billet d’humeur daté du 26 décembre, la journaliste Françoise Jeanparis de l’Est Républicain n’est absolument pas d’humeur : « Il y a ceux qui en rigolent. Et ceux qui ne trouvent pas ça drôle du tout. Ceux qui disent "c’est un humoriste. Il faut prendre ses paroles sarcastiques au 200e degré" et les autres qui ripostent : "même au 500e, c’est dur à avaler… " », écrit la journaliste. Depuis, la presse nationale et même international se déchaîne.

« Jamel Debouzze est tombé dans l’idiotie »

Creshendo, la colère gronde à Montbéliard à tel point que le maire de la petite ville en personne, Jacques Hélias, est monté au créneau. Celui-ci n’attend pas d’excuses, il ne veut même « pas rentrer dans ce jeu-là », même si Jamel Debouzze « a dépassé les bornes en tombant dans l’idiotie ». Non, le maire de la cité princière préfère inviter Jamel Debouzze et « les journalistes parisiens à Montbéliard pour y découvrir son histoire, sa culture, les gens qui y habitent ». Une invitation relayée par le ministre Pierre Moscovici, ancien président du Pays de Montbéliard Agglomération. « Je comprends que les Montbéliardais aient pu être blessés, que ça énerve », a-t-il déclaré selon l’Est Républicain. « Maintenant, il ne faut pas en faire un drame national. Jamel Debouzze est un homme acide, très corrosif, qui pratique la dérision et l’autodérision. Je ne pense pas qu’il ait voulu faire du mal. Il ne lui reste plus qu’à revenir à Montbéliard… »

En fait, ce qui n’a pas plus c’est que le comique lance ce genre de blague en direct à la télévision devant plus de 3 millions de téléspectateurs. « Qu’il tienne ces propos à Montbéliard, ça fait rigoler, mais que ça tombe comme un cheveu sur la soupe lors d’un spectacle à Paris retransmis devant des millions de spectateurs, là, c’est très désagréable pour Montbéliard », estime Jacques Hélias. Ces arguments, Debouzze semble les avoir compris. Ce matin, l’humoriste a daigné présenter ses excuses via sa page Facebook aux habitants de Montbéliards : « Merci a tous ! Merci a ceux qui sont venus au zénith et a ceux qui ont regardés le spectacle a la télé. Et toutes mes excuses a montbéliard, vous n’êtes pas moches, je change de nom de ville chaque soir. Joyeuses fêtes a tous. JD (sic) ».

Enfin, contrairement à l’idée que s’est faite Françoise Jeanparis sur ces Parisiens qui ne saurait « situer Montbéliard sur une carte », beaucoup d’entre eux se sont pourtant rendus aux Lumières de Noël (500 000 visiteurs cette année, ndlr), à Montbéliard, et ce, sans même utiliser de carte ! Comme quoi, rien ne sert de généraliser, à l’instar de Jamel Debouzze. Qui châtie bien aime bien. Et comme dirait notre consoeur de l’est, « On ne va pas en faire un litre de lait caillé hein… »


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles