23 octobre 2014 / Mis à jour à 17:53 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Communiqués

Tchad - Association - Développement - Solidarité - Humanitaire - Vidéos
Des camps de réfugiés au ballet national du Tchad
En 2011, African Artists for Development (AAD) lance en partenariat avec le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR) le programme Refugees on the Move au Tchad. L’objectif : faire de la danse un outil de médiation sociale et culturelle au sein des camps de réfugiés d’Afrique subsaharienne.

Durant trois mois, des milliers de réfugiés ont ainsi bénéficié des ateliers de danse organisés par le chorégraphe tchadien Taïgué Ahmed et sa compagnie Ndam Se Na dans les camps de l’HCR de Moula et Yaroungou, situés au sud du pays.

Au cours de ces ateliers, la troupe de danseurs a repéré les réfugiés les plus doués. Grâce à Refugees on the Move, 14 d’entre eux sont non seulement sortis pour la première fois de leurs camps mais ont également pu participer à un festival professionnel de danse contemporaine : les Rencontres Chorégraphiques Internationales de N’Djaména - Festival Souar Souar.

Dans le cadre de ce festival qui s’est tenu du 3 au 13 décembre 2012, les 7 hommes et 7 femmes sélectionnés dans les camps de Moula et Yaroungou ont interprété la pièce chorégraphiée de Taïgué Ahmed « Where are we ? ». Création originale, elle s’inspire du quotidien des réfugiés et des inondations qui ont affecté les camps tchadiens en septembre 2012.

Les réfugiés ont répété de façon intensive durant une semaine afin d’assurer les trois représentations programmées à l’espace du Ballet National du Tchad. Le succès de la pièce a été à la hauteur des efforts fournis : au total ce sont plus de 3000 spectateurs qui ont accueilli avec enthousiasme et admiration le spectacle.

Refugees on the Move a eu un impact extrêmement positif au Tchad. La pratique de la danse a permis aux réfugiés de renouer avec l’identité qu’ils ont perdue à travers les épreuves traversées et ainsi, de retrouver confiance et estime de soi – condition sine qua non d’une ouverture aux autres.

Fort de ce succès, AAD déclinera le programme dans 9 autres pays d’Afrique subsaharienne d’ici 2015.

15 mars – 15 avril 2013 : premier atelier de danse dans le camp de Batalimo en Centrafrique.

Avril 2013 : formation des chorégraphes tanzanien et burundais Aloyce Makonde et Ciza Muhirwa.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles