21 mai 2018 / Mis à jour à 18:15 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Etats-Unis - Pan Afrique - Politique - Autre Afrik
"Ces pays de merde" : Trump, comment expliquer ces propos venant d’un chef d’Etat ?
Le Président des Etats-Unis, Donald Trump

Selon le journal américain, "Washington Post", le Président américain, Donald Trump, a tenu des propos « racistes et injurieux », lors d’une réunion avec des sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial et de restreindre l’accès à la loterie pour la carte verte aux USA. Faisant allusion à plusieurs Etats africains, le Salvador et Haïti, le Président des Etats-Unis s’est emporté, en disant : « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ici ? ». Trump serait-il raciste ou malade mental ?

Vent debout et toutes griffes dehors, partout en Afrique et sur le continent Sud-américain, les populations se sont fortement indignées et sont révoltées par les propos du Président américain. L’Organisation des Nations-Unies (ONU), par la voix du porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, Rupert Colville, a regretté des « commentaires choquants et honteux ». « Désolé, mais il n’y a pas d’autre mot que “raciste” », a-t-il dit. De son côté, l’Union Africaine a déploré des remarques « blessantes » et « dérangeantes ». « C’est d’autant plus blessant compte tenu de la réalité historique du nombre d’Africains qui sont arrivés aux Etats-Unis comme esclaves », a regretté le porte-parole du président de la commission de l’UA, Moussa Faki. Selon le démocrate Luis Gutierrez, « nous pouvons dire maintenant avec 100% de certitude que le Président est un raciste qui ne partage pas les valeurs inscrites dans notre Constitution ». La républicaine Mia Love, d’ascendance haïtienne, considère « désobligeants » et « clivants » les propos présidentiels et a demandé des excuses. « Cette attitude est inacceptable de la part du chef de notre nation », a-t-elle déclaré dans un communiqué. Et le représentant républicain de la Floride, Carlos Curbelo, a estimé qu’il n’était pas « acceptable, dans aucune circonstance, de dégrader, dénigrer ou de déshumaniser les migrants ». Le journal New-York Times écrivait dans ses colonnes, au mois de juin 2017, que lors d’une autre réunion sur l’immigration, Donald Trump a affirmé que « les Haïtiens ont tous le sida ». Toutes les sorties choquantes et ahurissantes de Trump sont de plus en plus préoccupantes. Serait-il raciste ou malade mental ?

Besoin pathologique de toujours provoquer et choquer

En effet, depuis son arrivée à la Maison blanche, le Président Trump n’a cessé de multiplier des propos injurieux, polémiques, racistes, provocateurs et politiquement incorrects. Alors désormais, toute la communauté se pose des questions sur l’état de santé mentale du Président américain. Serait-il tout simplement raciste ou malade ? A moins qu’il soit à la fois malade mental et raciste. Si c’est le cas, il représente d’abord un véritable danger pour sa propre nation, ensuite une menace sérieuse pour la paix dans le monde. Comment comprendre que le chef de l’Etat le plus puissant du monde puisse tenir des propos aussi dangereux pour la paix entre les nations et la stabilité dans le monde ? Souffrirait-il d’un besoin très fort de reconnaissance, qui l’amène sans cesse à toujours défrayer les chroniques en se donnant en spectacle, comme un enfant gâté ? Ce besoin psychopathologique de toujours provoquer et choquer par des propos blessants, racistes, injurieux, politiquement incorrects etc., serait-il la manifestation d’une souffrance psychique ? Comment expliquer que le Président des Etats-Unis d’Amérique se qualifie lui-même de « génie », parce qu’il a été milliardaire si jeune, diplômé de grandes universités américaines et d’avoir remporté l’élection présidentielle, alors que personne ne le donnait vainqueur ? Pour lui, seul un « génie », donc sain d’esprit, peut réaliser tout ce qu’il a fait de « génial » dans sa vie. De manière maladive, il a toujours besoin qu’on parle de lui, comme quelqu’un qui a manqué d’affection et qui a besoin d’être aimé pour avoir le sentiment d’exister.

Pour les psychologues, parler ainsi de soi-même est la manifestation d’un égo démesuré qui traduit une psychopathologie, avec une personnalité narcissique. Cette personnalité cliniquement pathologique a toujours besoin qu’on parle d’elle, en bien ou en mal. Peu importe, il faut qu’on parle d’elle. Il faut qu’elle soit le centre de toutes les attentions. Pour les croyants, quelle que soit la religion, ce manque d’humilité est le signe d’une absence de vie religieuse et de paix intérieure.

Macaire Dagry



à la une



afrik-foot