13 juin 2018 / Mis à jour à 23:25 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Centrafrique - France - Art - Conflit - Diaspora - Lutte - Solidarité - Droits de l’Homme - Démocratie
Centrafrique : les artistes se mobilisent pour la paix
Prisca Miandé, responsable du volet culturel et artistique de l’association Urgence 236
Bientôt un seagle des artistes musiciens centrafricains de la diaspora sur la paix en République centrafricaine. Mlle Prisca Miandé, responsable du volet culturel et artistique de l’association Urgence 236 l’a annoncée lors d’un point de presse qu’elle a animé mercredi 26 juin, à la pâtisserie Grand café de Bangui.

(De notre correspondant à Bangui)

Ce sera une chanson à l’image de « We are the world » chantée par plusieurs chanteurs de la scène internationale pour le peuple d’Haïti ou « Libérer notre pays » chantée par les Ivoiriens lorsque leur pays traversait des moments de crise. A en croire Mlle Prisca Miandé, « la chanson est un cri de souffrance et de douleur des Centrafricains. Elle est également un souffle de soulagement pour les personnes affectées ».

Il faut dire d’abord que la crise actuelle en République centrafricaine est si profonde, au point que chacun des Centrafricains, soit-il retranché au fin fond du pays, est touché dans sa propre chaire. Pire encore, les autorités actuelles qui ont occasionné cette crise ne maitrisent plus rien, même jusqu’aujourd’hui. D’où l’impérieux devoir de chacun des filles et fils du pays, dans son domaine de compétence, soit-il cultivateur, fonctionnaire, éleveur, artisan ou artiste ; soit-il à l’intérieur ou à l’extérieur du pays ; d’apporter sa pierre non pas seulement pour la reconstruction de l’édifice effondré, mais d’abord pour soutenir les parents et familles les plus affectés. Et le projet de réalisation du seagle sur la paix par les chanteurs artistes musiciens centrafricains de la diaspora s’inscrit dans cette optique. Histoire de redonner confiance à un peuple qui broie du noir, assujetti à des dures épreuves comme celles imposées par les éléments de la coalition Séléka.

L’initiative de la réalisation de ce seagle est prise par l’Association Urgence 236 - comme l’indicateur téléphonique de la République centrafricaine - qui regroupe des femmes centrafricaines vivant en France. Il s’agit pour ces femmes de s’organiser en vue de secourir les victimes des violences survenues en Centrafrique. Les premières actions d’Urgence 236 ont été la collette des médicaments mis à disposition des hôpitaux et formations sanitaires et ce, tant à Bangui que dans les villes de province affectées. Selon Mme Axcelle Ngousma, figure de proue de cette organisation humanitaire en Centrafricaine, « d’ici la semaine prochaine, des biens constitués des produits de première nécessité et des médicaments seront distribués aux victimes ». Et la réalisation prochaine du Seagle sur la paix constitue la deuxième phase d’intervention d’Urgence 236 au chevet du peuple centrafricain.

A propos du seagle de la paix

Mlle Prisca Miandé, la chargée du volet culturel et artistique, forte de son expérience de photographe, productrice et de communication événementielle, a annoncé au cours de son point de presse que des artistes dont la célébrité est connue à travers le monde ont déjà déposé leur voix et les retardataires sont en train de le faire. Parmi les musiciens centrafricains de la diaspora, elle a cité entre autres Cécilia Zanzabé (Canada), Edith Mamba (Cameroun), BB Matou, Max Gazouléma, Mami Ouata, BB Tanga, Lady Ponce, Malépopo (France).

Alors que d’autres artistes africains ont estimé que la République centrafricaine a grand besoin de cette chanson, ils ont également déposé leurs voix, entre autres le chanteur Passi (Congo), Lokoua-Kanzan, Dubango, Mogombé, Boro-Sangui et DJ Zidan (Côte d’ivoire). Toujours selon Mlle Prisca Miandé, la chanson fera l’objet des grands concerts à travers le pays et les fonds qui seront collectés permettront à l’association Urgence 236 de venir au chevet des victimes des violences survenues en Centrafrique.

SOS d’Urgence 236

Il s’est avéré qu’une telle initiative, humanitaire soit-elle, ne saurait atteindre pleinement son objectif sans une aide et soutien des personnes morales et physiques de bonne foi d’où l’appel lancé par Prisca Miandé à toutes les sensibilités et amis du pays, afin d’appuyer Urgence 236 dans le projet de réalisation de ce Seagle. Elle reste cependant optimiste que « la chanson passe mieux le message de la paix et de la réconciliation que les discours politiques ». Profitant de l’occasion, elle a indiqué que la chanson qui est en cours de production est déjà enregistrée par l’arrangeur Saladin, alors qu’elle est encore loin de sortir faute de moyen. Le SOS reste lancé.



à la une



afrik-foot